iciHaïti - Humanitaire : Vers l’amélioration des réponses du secteur sécurité alimentaire au pays

iciHaïti - Centre d’Art : Inscriptions ouvertes pour la seconde session 2019

iciHaïti - Carifesta XIV : Haïti brille fièrement dans toutes les catégories

iciHaïti - Patrimoine : 3 ans pour restaurer une robe de l’époque du roi Henry 1er, à voir au MUPANAH

iciHaïti - CARIFESTA XIV : La communauté des handicapés en Haïti, fièrement représentée


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Gold Cup : Une facture de plus de 1,2 millions de dollars qui a payé ?

Haïti - Politique : 12 Sénateurs s’opposeraient au nouveau Gouvernement

Haïti - Coupe du Monde Brésil 2019 : Tournée nationale pour la sélection masculine U-17

Haïti - FLASH : La Motion de mise en accusation du Président Moïse est rejetée


+ de nouvelles



Haïti - Économie : Piètre performance de l’économie haïtienne en 2018
26/12/2018 10:23:50

Haïti - Économie : Piètre performance de l’économie haïtienne en 2018
Le dernier rapport économique de l'année de la Commission Économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) publié la semaine écoulée, révèle que les résultats macroéconomiques en 2018 pour Haïti ont été modestes et inférieurs aux prévisions (période d'octobre 2017 à septembre 2018). Le CEPALC estime la croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) d’Haïti à seulement 1,4% (1,2% en 2017), la persistance d'une dynamique inflationniste de 14,6% (15,4% en 2017), un déficit public important de 6,5% du PIB (3,9% en 2017), ainsi qu'une augmentation du déficit de la balance courante de 3,5% du PIB (2,9% en 2017), ajouté à une forte dépréciation de la gourde.

Le programme signé en février 2018 avec le Fonds Monétaire International (FMI) https://www.haitilibre.com/article-23659-haiti-economie-moise-accepte-le-programme-de-controle-et-les-exigences-du-fmi.html n’est plus valide [perte d'un appui budgétaire important] en raison du non respect des critères quantitatifs (notamment le déficit du secteur public et le niveau des réserves), ainsi que des réformes dans le secteur électrique et la réduction des subventions du carburant qui entraîne des dépenses considérables pour le Trésor Public, en moyenne supérieures à 200 millions de dollars par an.

En 2018, la charge fiscale du gouvernement central (12,7% du PIB) a légèrement diminué par rapport à l'année précédente (13,6% du PIB). La collecte fiscale totale a diminué en termes réels de -4%, en raison de la réduction des revenus directs (-5%) et indirects (-11%) et de la contraction des recettes douanières (-8%). Les dépenses totales de l'administration centrale ont augmenté de 17,7% en termes réels, à la suite d'une variation positive des dépenses courantes (17%), notamment des subventions (37%), mais aussi des investissements publics (26%). Soulignons que pour la première fois depuis ces cinq dernières années, ces investissements étaient destinés à des programmes et projets d’infrastructures et de travaux agricoles.

Le déficit global de l'administration centrale (6,5% du PIB) a été en grande partie financé par les contributions nettes de la Banque centrale (BRH) [plus de 26 milliards de Gourdes https://www.haitilibre.com/article-26037-haiti-economie-le-deficit-budgetaire-2017-2018-un-gouffre-proche-de-26-milliards.html ], qui ont atteint des chiffres record (4% du PIB), malgré l'accord de gestion de la trésorerie, consistant à l’alignement des dépenses publiques en fonction du revenu disponible, souscrit entre le Ministère de l'Économie et la BRH en septembre 2017.

La dette publique extérieure d'Haïti affichait un solde global de 2,1 milliards de dollars (22% du PIB), avec une légère augmentation de 0,2% en 2018.

La politique monétaire de 2018 a adopté une attitude prudente, axée sur deux objectifs principaux: réduire l'inflation et atténuer la dépréciation de la Gourde par rapport au dollar. La BRH a maintenu les taux d’intérêt de référence de 12%. Bien que le taux de change moyen (65,42 gourdes par dollar) en 2018 soit similaire à celui de 2017, un processus de dépréciation du taux de change nominal (11,6%) s'est accéléré à partir de mars, en raison des mesures plus strictes sur les transactions libellées en dollars (qui ont été annulées en octobre) et la spéculation face à une pénurie de dollars dans l’économie. Les ventes nettes en dollars de BRH se sont élevées à 82 millions de dollars (deux fois plus qu’en 2017), ce qui a entraîné une perte de près de 150 millions de dollars de réserves internationales nettes, qui s’élevaient à 775 millions de dollars à la fin septembre (924 millions de dollars en 2017).

Le déficit de la balance courante représentait 3,5% du PIB (2,9% en 2017), entraîné par le déficit de la balance commerciale et partiellement compensé par le flux des envois de fonds de la diaspora. Les importations de biens ont augmenté de 26% par rapport à une variation de 9% des exportations. Le déficit de la balance commerciale de 3,5 milliards de dollars, en hausse de 32% par rapport à 2017, est dû à la hausse des prix internationaux des hydrocarbures (+33%) et, dans une moindre mesure, des autres matières premières et des produits alimentaires. Le niveau des exportations a été maintenu grâce aux résultats des exportations des manufactures de vêtements qui représentent 75% de la valeur totale des exportations, et des produits agricoles.

En décembre 2018, on prévoyait une inflation de 15,3% sur un an, (14.5% en novembre https://www.haitilibre.com/article-26485-haiti-economie-indice-des-prix-a-la-consommation-+-15-en-novembre.html ) dont la tendance à la hausse était principalement liée aux produits importés, par le biais de la transmission de la dépréciation du taux de change.

Par ailleurs, au niveau de la grande Région (Caraïbe et Amérique Latine), la CEPALC s’attend à ce que la République dominicaine boucle l’année 2018 avec un taux de croissance de 6,3%, soit le plus fort taux de croissance dans la région suivi d’ Antigua-et-Barbuda (5,3%), Grenade (5,2%), Bolivie (4,4%), Panama (4,2%), Paraguay (4,2%), Chili (3,9%), Pérou (3,8%), Honduras (3,7%), Guyane (3,4%), Saint-Vincent-et-les Grenadines (3,2%) et Costa Rica (3%), Mexique (2,2%), Uruguay (1,9%), Suriname (1,9%), Trinidad and Tobago (1,9%), Jamaïque (1,5%), Haïti (1,4%), le Brésil (1,3%), Cuba (1,1%) et l’Équateur (1%). De l’autre côté, le Venezuela clôturera l’année avec une baisse de -15% de son PIB, la Dominique (-4,4%) et l’Argentine (-2,6%).

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-26485-haiti-economie-indice-des-prix-a-la-consommation-+-15-en-novembre.html
https://www.haitilibre.com/article-26037-haiti-economie-le-deficit-budgetaire-2017-2018-un-gouffre-proche-de-26-milliards.html
https://www.haitilibre.com/article-23659-haiti-economie-moise-accepte-le-programme-de-controle-et-les-exigences-du-fmi.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n