Cliquez pour télécharger l'Avant-projet de Constitution





iciHaïti - Exposition : «Figure bidimensionnelle de Frankétienne»

iciHaïti - Démenti : Le DG de l'Unité de Lutte Contre la Corruption victime de calomnies

iciHaïti - CHFP : Programme des matchs de la 2ème journée

iciHaïti - Petit-Goâve : Dissolution de la Police Municipale

iciHaïti - Bulletin routier : 53% moins d'accidents cette semaine


+ de nouvelles


Haïti - COVID-19 : Le refus du don de vaccin AstraZeneca, pourrait coûter des millions de dollars à Haïti

Haïti - Diaspora : Dates des prochains Consulats mobiles en Floride

Haïti - France : Appel à projets aux organisations de la Société Civile

Haïti - Politique : Le Nouveau Premier Ministre a.i. Joseph s’engage à rétablir la sécurité dans le pays

Haïti - Actualité : Zapping...


+ de nouvelles



Haïti - Politique : «Baby Doc» et «Titid», Martelly parle de réconciliation et d’amnistie
18/04/2011 12:25:50

Haïti - Politique : «Baby Doc» et «Titid», Martelly parle de réconciliation et d’amnistie
Dans le paysage politique du nouveau Gouvernement, le Président Michel Martelly, devra prendre, un jour ou l’autre en considération, la présence de ces deux ex-Président revenus d’exil : Jean-Claude Duvalier (alias «Baby Doc») et Jean-Bertrand Aristide (alias «Titid»). Quelle est sa position face à ces deux anciens Présidents ?

Le Président Michel Martelly rappelle tout d’abord que « La Constitution d'Haïti ne prévoit pas l'exil [...] ils sont chez eux et je leur dis bienvenue. S'ils ont eu des problèmes ou s'ils ont mal agi par le passé, cela concerne la justice, avant de préciser les positions de son Gouvernement et la sienne sur ce sujet [...] nous prônons la réconciliation et l'inclusion, il ne s'agit pas de prôner l'idéologie. Mon gouvernement a un plan pour l'avenir, j'ai toujours évité de planifier sur le passé [...] on ne s'empressera pas de prendre des décisions, mais la tendance veut, que je penche du côté de l'amnistie et de la clémence, de sorte que l'on puisse penser à l’avenir et non au passé. Mais, il faudra toujours tenir compte du passé, pour ne pas répéter les mêmes erreurs »

Une position qui va sans aucun doute va susciter de vives réactions chez les victimes haïtiennes du régime Duvalier [en attendant les plaintes des victimes du régime d’Aristide], qui ont dû fuir leur pays pendant les années « Baby Doc » [1971-1986], alors qu’elles tentent aujourd’hui, de s’organiser avec le soutien d’organisations des droits de l’homme pour faire juger l’ex-Président Duvalier.

« Je dirais tout simplement, que nous pourrons éventuellement penser à l’amnistie, dans la mesure où ceux qui ont été blessés dans le passé, comprennent la nécessité de se réconcilier. Avant d’en arriver là, il faut faire un travail de sensibilisation et de réconfort pour comprendre les victimes et respecter leurs sentiments » a conclu le Président Martelly.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-2758-haiti-politique-michel-martelly-parle-de-reconstruction.html

HL/ HaïtiLibre / La Presse

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Fritzdesrameaux
Posté le 25/04/2011 01:11:19
Je veux dire au Président Michel Martelly qu'il ne faut jamais oublier le passé de ces brigants-là. mais, ils doivent être sous le contrôle du Gouvernement. Avec Michel Martelly, je peux dire maitenant J'ai un Président. Apres,32 ans d'expérience NOones brings a change. Laissons nous réjouir avec notre nouveau Président.
Ansy
Posté le 21/04/2011 00:28:05
Mes chers compatriotes,je crois que le moments nous est venu de redonner une autre direction à notre chère Haïti, c'est le moment de la réconciliation national de tous les acteurs politiques et de la société civiles quelle que soit sa nature politique, Aristidien, Duvalieriste et tant d'autant tendance politique, nous devons fusionner nos idées dans le but de sortir le pays de cette crise pérenne du chien manger chien qui ravage le pays. Nous devrions faire preuve de bon citoyen et une nation exemplaire dans l'union fait la force étant que première république noire indépendant. La bataille pour l'indépendance n'est pas encore terminer pour assurer notre souveraineté, Par ailleurs, nos aïeux ont fait le premier pas, nous devons continuer de génération en génération jusqu'au dernier moment de notre existence. Vive Haiti, vive le peuple noir
lala
Posté le 19/04/2011 13:19:23
Ne bourdez pas le pays, une réconciliation ne serait pas profitable a tous, mais au profit du pays en général. La seule chose que le Président doit faire c'est de ne pas se fier aux paroles flatteuses : surtout celles de Préval, parce que le peuple a voté pour le changement et non la continuité avec ces magoulleurs. Attention avec Préval, Youri Latortue et les autres [modération].
Maitre Beausé
Posté le 19/04/2011 08:47:08
@manoo -- j'abonde complètement dans ton sens. Beaucoup d'autres pensent comme moi. La pire des solutions pour notre pays, serait de vouloir le réconcilier sans chercher à traiter le mal à la racine. Quand l'impunité à valeur de loi, cela ne pourra qu'être à coup sûr un mauvais précédent. Chacun pourra trouver dans l'histoire autant de faits marquants à prendre en exemple. Que ce soit au cours des deux guerres ou divers génocides perpétrés. Aujourd’hui, réconciliés puisque la justice a pu faire son œuvre salvatrice. J'ai l'impression que les institutions haïtiennes (justice, police, magistrature etc...) n'ont pas été assez mises à contribution pour forger un type de société correspondant aux aspirations de la majorité. Tout un chacun, sait que la justice est rendue à la tête du client « Selon que vous êtes puissants ou misérables, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » (Lafontaine). L'armée en son temps, les tontons macoutes dans une autre période et les corps constitués d’aujourd’hui police et autres, abondent tous dans le même sens. Ce sujet me parait tellement important, qu'il revêt d'une impérieuse nécessité de bien l'aborder pour ne pas louper le cap. Je crains que M. Martelly n'aborde cette question avec une approche beaucoup trop simpliste. Il y a tellement de priorités dans ce pays et au cours de sa campagne, il a fait tant de promesses, qu'il n'aura pas le temps de se pencher en profondeur sur tout. Les promesses ne tiennent qu'à ceux qui les font.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n