Cliquez pour télécharger l'Avant-projet de Constitution





iciHaïti - Delmas : Inauguration du Bureau de médiation et de vulgarisation juridique

iciHaïti - Agriculture : Tournée du Ministre Sévère dans la Grand-Anse

iciHaïti - Croix-des-Bouquets : AVIS de reprise des opérations d'assainissement

iciHaïti - Journée Internationale des Infirmières : Message de la Ministre Clément

iciHaïti - Diplomatie : Moïse nomme 7 nouveaux Ambassadeurs


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #420

Haïti - Social : J-3, Sunrise Airways va augmenter la capacité et le confort de ses vols

Haïti - CHFP 2021: Résultats 6ème journée et classement

Haïti - FLASH : Les variants brésilien et anglais détectés en Haïti


+ de nouvelles



Haïti - Éducation : La «taxe» sur les transferts d’argent entre en vigueur le 1 juin 2011
25/05/2011 16:02:05

Haïti - Éducation : La «taxe» sur les transferts d’argent entre en vigueur le 1 juin 2011
Après la « taxe » sur les télécommunications qui cachait son nom sous l’appellation de « surplus tarifaire » [application à compter du 15 juin prochain], voici maintenant la « taxe » de 1,50 dollars américains, sur les transferts d’argent, qui est décrite comme : « frais de test, de certification, d'utilisation et d'inspection », dans la circulaire # 98 émise par la Banque de la République d'Haïti (BRH), en date du 20 mai 2011, sous la signature de Charles Castel, le Gouverneur de la Banque.

Sans débats, sans lois, ces fonds devraient être utilisés pour le programme d’éducation gratuite prôné par le Président Martelly. On apprend dans cette circulaire, que ces « frais » de 1,50 dollars par transaction, seront collectés par les banques commerciales, les banques d'épargne et de logement et les maisons de transfert et concernera tous les transferts d’argent internationaux, entrant ou sortant du pays, à l’exception des transferts effectués par les banques pour leur propre compte.

En d’autres mots, les particuliers et les entreprises sont directement visé par ces nouveaux « frais » que l’on se refuse à appelé taxe... La circulaire # 98 de la BRH précise que cette nouvelle mesure entrera en vigueur dès le 1 juin 2011.

Depuis la prestation de serment du Président Martelly, le temps semble soudain s’accélérer. Le Président Martelly devrait nous apporter peut-être plus de précision demain, puisque le bureau des communications nous informe à l’instant que le Chef de l’Etat fera une présentation approfondie du Fonds National pour l’Education (FNE), axe prioritaire de son quinquennat, demain jeudi à 10:00 am à l’Hôtel Karibe Convention Center.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-2993-haiti-education-il-ne-s-agit-pas-d-une-taxe-mais-d-un-surplus-tarifaire.html

BF/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Maksim Grakis
Posté le 26/05/2011 16:54:52
Mr. Martelly a moins de 15 jours au pouvoir. L'homme n'a aucun plan. Il fait des déclarations tempestueuses, profère des menaces pour aborder le problème d'insécurité,multiplient les visites cosmétiques pour un cric ou un crac comme faisant du show, et réfléchissant sur les moyens de faire l'argent. Est-ce une bonne chose? Il n'existe pas un plan de relance ou de réforme de l'éducation, pourquoi donc un fond pour l'éducation? Et si tôt? Sans consulter personne, autre que son clan fermé (même les 15.23% des voteurs enregistrés qui l'ont élu n'ont pas été consultés)? Cette taxe est-elle illégale? Nous nous demandons ce qu'attend le Parlement pour en parler. Est-ce que Le Président seul a le droit de décréter le prélèvement de taxes sur une partie de la population? Mr. Martelly doit éviter de prendre des mesures suspectes de nature à créer des conditions pour engendrer la colère su peuple.Le pays attend de lui et de son Gouvernement des plans détaillés sur sa politique générale pour réorienter et dynamiser l'économie et créer des emplois.
Kool Groove
Posté le 26/05/2011 11:24:53
Je suis tout-à-fait inconfortable avec la modalité dont cette entreprise se déroule....Le Gouvernement n'est même pas encore formé et déjà on nous impose des taxes... Faut tout de même pas confondre vitesse et précipitation. Ca me rappelle Papa Doc et ses guérites, mais les moins de 50 ans ne sauraient s'en souvenir.
rozo
Posté le 25/05/2011 23:09:47
Si le gouvernement arrive à bien gérer l'argent du FNE, il n'y aura pas de problème mais, si c'est le contraire ce sera l'échec complet du pouvoir Martelly. On sera condamné à un éternel= recommencement, le Président a pris un gros risque il a tout risqué en proposant au peuple Haitien cette forme de solution pour L'éducation. Que son équipe soit intègre et digne en travaillant au profit du peuple haitien. Spécialement aux enfants d'Haiti.
Charly
Posté le 25/05/2011 22:06:36
Le grand et vieux principe démocratique budgétaire (constitutionnel) veut que l'Executif ne puisse prélever aucun tarif, aucune taxe, ou autre charge, ni ne faire aucune dépense, accorder aucun don sans le consentement du Parlement «without common consent by act of Parliament» principe établi par la révolution de Crowmwell contre le Roi Jean en Angleterre. Notre Miki national ou du moins les comptables et ordonateurs publics ne sauraient y contrevenir sans de lourdes conséquences. C'est pourquoi dès que Miki eut emis l'idee de "taxe" , "Charly" mettait son équipe en garde contre cet éventuel abus de pouvoir et irrégularité grave si mal présenté que l'ordonnateur de la BRH invente toute sorte de motifs pour couvrir la chose. Solution au problème de la construction des écoles: un don au FAES qui mérite d'etre regénéré pour accelérer le rythme de ses réalisationss. Les contributions de diaspora et des sociétés et du public donc non obligatoire pourraient être transmis a cette institution ou a d'autres. Quant aux salaires et autres frais d'éducation occasionnés par l'enseignement primaire, ils relèvent du Budget Général de la République et l'Exécutif peut parfaitement prélever cette taxe mais à verser à la Caisse du Trésor Public (non à la BRH qui a une attibution de Caisse de l'Etat contraire aux règles de l'art -cumul de fonction inventé par Duvalier pour n'avoir qu'un seul endroit ou piller les fonds de l'Etat). Donc pas de charges hors Budget et hors de la Caisse de l'État.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n