iciHaïti - Covid-19 : Détérioration attendue de la situation de la sécurité alimentaire

iciHaïti - Environnement : «Nos solutions sont dans la nature»

iciHaïti - Politique : Visioconférence entre Jovenel Moïse et Danilo Medina

iciHaïti - OIM : Formation sur la gestion des cas de migrants vulnérables face au Covid-19

iciHaïti - Covid-19 : 20,000 masques pour les associations culturelles


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 24 mai 2020

Haïti - Abus sexuel : Le journal «The Guardian» récidive, la Fédération de Football dénonce

Haïti - Petit-Goâve : Arrestation de 18 membres du Foyer Spirituel des Consciences Unies

Haïti - FLASH : 53 nouveaux cas et 136 cas suspects en 24 heures


+ de nouvelles



Haïti - Reconstruction : L’État doit faire preuve de leadership pour relocaliser 630,000 personnes
12/07/2011 17:15:24

Haïti - Reconstruction : L’État doit faire preuve de leadership pour relocaliser 630,000 personnes
18 mois après le séisme de janvier 2010, l’organisation internationale Oxfam rappelle qu’il est urgent que l’Etat fasse preuve de leadership pour relocaliser les 630,000 personnes qui vivent dans des camps sous des tentes ou des bâches.

Le Gouvernement haïtien, avec le support de la communauté internationale, doit mettre en place une stratégie pour assister ceux qui vivent dans les camps en les relocalisant ou en leur fournissant de l’aide pour retourner dans leurs maisons.

« Relocaliser plus de 600,000 personnes ne se fera pas du jour au lendemain. Toutefois, le prochain Gouvernement doit prendre des décisions fermes en ce qui a trait à l’allocation des terres pour les gens qui n’ont aucun endroit pour s’installer. Par ailleurs, la création d’emplois pour permettre aux gens de recommencer à payer leurs loyers, une solution légale à l’épineuse question foncière et l’enlèvement des décombres sont, entre autres, actions qui peuvent aider les gens à quitter les camps », a fait savoir Roland Van Hauwermeiren, Directeur d’Oxfam Haïti.

Selon un rapport publié récemment, plus de 100,000 personnes déplacées sont sous la menace d’éviction forcées dans les camps installés dans des espaces ouverts qui sont pour la plupart des terrains privés. Aujourd’hui, certains propriétaires veulent récupérer leurs terres. Tout en reconnaissant les droits des propriétaires, Oxfam rappelle que « Le gouvernement haïtien doit protéger les droits des personnes déplacées qui font face aujourd’hui à un nouveau traumatisme, celui d’être expulsées de force de l’endroit qu’ils occupent depuis 18 mois », a expliqué Van Hauwermeiren. « Nous sommes d’accord sur le fait que les camps ne peuvent pas être une solution durable, mais les gens ne peuvent pas être évincés sans aucune alternative. »

Le Président Martelly a annoncé un projet visant à fermer 6 camps de déplacés où sont logés environ 25,000 personnes. « Nous félicitons les progrès accomplis en ce sens, cependant nous voulons que cette démarche soit inscrite dans une stratégie globale pour relocaliser les 630,000 sinistrés », a insisté le Directeur national d’Oxfam.

Du côté de l’équipe Présidentiel on dit comprendre la position d'Oxfam, tout en expliquant qu’une équipe est en train de finaliser un plan complet dont le projet pilote permettra au habitants des camps de retourner dans leur quartier d'origine, avec de meilleurs services. Dans les efforts de relogement, rappelons qu’un projet distinct [dévoilé le 15 juin dernier, par le Président Martelly] doit permettre la construction de 400 maisons en 100 jours dans la localité de Zoranje.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-3175-haiti-reconstruction-400-maisons-construites-en-100-jours.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Amour
Posté le 13/07/2011 08:43:43
Relocaliser les 630,000 personnes vivants sous des tentes ou des bâches depuis 18 mois est bonne. Ne faut pas oublier le problème foncier qui existe dans notre pays, on pense que 90% des 630,000 n’ont pas de terrain dans la capitale pour recevoir un abri provisoire, mais a l’extérieur de la capitale oui. De ce fait, ces personnes doivent retourner dans leur ville natale ou elles pourront recevoir leur shelter.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n