Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - Fort-Liberté : Réaménagement du Poste de Transfusion Sanguine

iciHaïti - PNH : Visites aux policiers blessés

iciHaïti - Sécurité : 4 trafiquants de drogues arrêtés

iciHaïti - PNH : Échanges de tirs avec dangereux criminel en cavale

iciHaïti - Insécurité : Une religieuse italienne tuée par balles


+ de nouvelles


Haïti - FLASH : La terre a tremblé au large de Jérémie

Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #829

Haïti - Religion : Hommage du Pape François à sœur Luisa, morte en martyre en Haïti (Vidéo)

Haïti - Santiago : La DGM démantèle un gang de trafiquants de passeport et de visas haïtiens


+ de nouvelles



Haïti - ONU : La situation d’Haïti devant le Conseil de Sécurité
17/06/2022 10:55:25

Haïti - ONU : La situation d’Haïti devant le Conseil de Sécurité
Jeudi 16 juin dans l’après-midi s'est tenu la réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU et les questions concernant Haiti y ont été débattues lors de cette réunion.

Déclaration d’Helen La Lime, Représentante spéciale du Secrétaire Général de l’ONU et Cheffe du BINUH :

« Monsieur le Président, distingués membres du Conseil,

C'est un honneur de vous fournir une fois de plus une mise à jour sur la situation en Haïti où, au milieu d'une situation sécuritaire qui se détériore rapidement, les discussions sur les futurs arrangements de gouvernance du pays restent bloquées dans une impasse prolongée.

Depuis que je vous ai informé pour la dernière fois, l'emprise avec laquelle les gangs contrôlent des pans entiers de la zone métropolitaine de Port-au-Prince s'est de plus en plus resserrée à mesure que leurs zones d'influence s'étendent inexorablement. Les enlèvements et les homicides intentionnels ont augmenté respectivement de 36 et 17 % par rapport aux cinq derniers mois de 2021. Rien qu'en mai, la Police nationale d'Haïti a signalé 201 homicides intentionnels et 198 enlèvements, une moyenne pour chacun de près de 7 cas par jour. L'horrible violence qui s'est déroulée dans les banlieues de CitéSoleil, Croix-des-Bouquets et Tabarre fin avril et début mai, au cours de laquelle les femmes et les filles ont été particulièrement exposées à la violence sexuelle, n'est qu'un exemple de l'état de terreur dans lequel les politiques et cœur économique est plongé.

Des dizaines d'écoles, de centres médicaux, d'entreprises et de marchés ont été contraints de fermer. De nombreuses personnes sont piégées dans leurs quartiers ou même parfois dans leurs résidences. Au moins 17 000 autres personnes ont été déplacées de leurs maisons, et beaucoup ont du mal à trouver les produits de première nécessité tels que la nourriture, l'eau et les médicaments. De plus, la circulation le long des principales routes nationales reliant la capitale au reste du pays est sérieusement compromise car les gangs ont érigé des barricades pour restreindre l'accès aux zones sous leur contrôle, affectant ainsi gravement la circulation des marchandises dans tout le pays.

Le sentiment d'insécurité omniprésent et croissant, exacerbé par l'apparente incapacité de la PNH à faire face à la situation et l'impunité manifeste avec laquelle les actes criminels sont commis, porte dangereusement atteinte à l'État de droit dans le pays. Il y a moins d'une semaine, le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince a été envahi par un gang local qui a ensuite procédé au pillage et à l'incendie des dossiers et des pièces à conviction https://www.haitilibre.com/article-36930-haiti-flash-les-bandits-font-la-loi-au-palais-de-justice-de-port-au-prince.html . Dans certaines régions du pays, les actes d'autodéfense contre les membres présumés de gangs recueillent de plus en plus le soutien populaire.

Plus que jamais, Haïti a besoin d'une assistance immédiate pour développer sa police nationale et lutter contre la criminalité et la violence croissantes. La PNH manque actuellement de ressources humaines, matérielles et financières pour remplir efficacement son mandat. Ses capacités opérationnelles et logistiques limitées compromettent la mise en œuvre d'un programme global de sécurité publique qui s'appuie sur le maintien de l'ordre fondé sur le renseignement et la réduction de la violence. C'est donc avec une grande urgence que j'appelle les États membres à fournir un plus grand soutien et à contribuer au fonds commun nouvellement créé, géré par le PNUD, destiné à soutenir la PNH et à l'aider à relever les défis auxquels elle est confrontée.

Monsieur le Président,

L'instabilité aiguë qui affecte actuellement Haïti découle en grande partie de son vide institutionnel prolongé. Le pays est sans Parlement en fonction depuis deux ans et demi, a été consterné par l'assassinat de son président il y a près d'un an et souffre d'une paralysie presque totale de son secteur judiciaire.

À ce jour, les multiples initiatives et propositions visant à favoriser une vision commune parmi les parties prenantes nationales quant à la manière dont Haïti peut aller de l'avant ont donné peu de résultats concrets. Au contraire, des coalitions auparavant homogènes ont commencé à se fracturer. Au milieu d'une polarisation politique croissante, le BUNH se concentre intensément sur la relance des contacts entre les partis à tous les niveaux, notamment à travers une série de rassemblements informels visant à encourager le consensus sur la voie des élections.

Fin mars, un « comité tripartite » dirigé par la société civile a été formé pour élargir le consensus entre diverses plates-formes politiques, y compris le gouvernement, afin de tracer une voie commune. Parallèlement, le Premier ministre Henry a eu des entretiens directs avec les dirigeants du Montana Group, qui a proposé de nouvelles modalités pour relancer les négociations formelles. Pourtant, avec la formation d'un nouveau Conseil Électoral Provisoire encore une perspective frustrante, et l'organe ayant effectivement cessé de fonctionner pendant de nombreux mois, il est hautement improbable que des élections qui inaugureraient un retour à la gouvernance démocratique aient lieu cette année.

L'enquête bloquée sur l'assassinat de feu le Président Moïse, à laquelle un cinquième juge en 11 mois a récemment été affecté https://www.haitilibre.com/article-36801-haiti-actualite-zapping.html , illustre les problèmes profondément enracinés affectant le système judiciaire haïtien, une branche paralysée par des ressources financières et matérielles limitées, des grèves fréquentes du personnel judiciaire et la détérioration de la situation en matière de sécurité. Des efforts résolus sont nécessaires non seulement pour permettre aux tribunaux de traiter et de juger une myriade d'affaires pendantes, mais aussi pour que les taux de détention préventive prolongée soient durablement réduits.

Il est urgent que le Gouvernement et les institutions judiciaires concernées trouvent un consensus sur la nomination des juges de la Cour de cassation pour permettre à la plus haute juridiction d'Haïti de reprendre ses activités. En outre, tous les efforts doivent être faits pour préparer et mettre en œuvre efficacement la réforme de longue date du code pénal qui vise à aligner davantage le cadre juridique haïtien sur les normes et standards internationaux.

Distingués membres du Conseil,

L'insécurité prolongée et l'incertitude politique prolongée, combinées à une situation économique désastreuse et à des besoins humanitaires croissants, entravent gravement le développement socio-économique du pays, creusent les inégalités économiques et sapent les efforts de consolidation de la paix.

Avec un produit intérieur brut qui s'est contracté de 1,8 % en 2021 en raison de la baisse des recettes publiques, la situation économique d'Haïti reste une grave source de préoccupation. Pendant ce temps, les besoins humanitaires continuent d'augmenter, notamment à la suite du tremblement de terre qui a dévasté la péninsule du Sud le 14 août dernier https://www.haitilibre.com/article-34479-haiti-flash-seisme-de-magnitude-72-dans-les-nippes-maj-10am.html . Cette année, quelque 4,9 millions d'Haïtiens devraient avoir besoin d'une aide humanitaire https://www.haitilibre.com/article-35411-haiti-humanitaire-l-onu-demande-373-5-millions-de-dollars-d-aide-pour-haiti-en-2022.html et au moins 4,5 millions de personnes devraient avoir besoin d'une aide alimentaire d’urgence https://www.haitilibre.com/article-36798-haiti-humanitaire-2-5-millions-d-haitiens-auront-besoin-d-aide-humanitaire-en-2022.html

Il est essentiel qu'Haïti reste au premier plan de l'agenda de la communauté internationale et que les autorités nationales reçoivent l'assistance dont elles ont besoin pour relever ces défis interdépendants. Néanmoins, seuls les haïtiens détiennent la clé pour débloquer des solutions durables à la crise prolongée du pays. Le BINUH continuera d'encourager toutes les parties à s'engager de manière constructive et à se rassembler pour tracer une voie commune et consensuelle vers un retour à la démocratie.

De même, dans le cadre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, les branches Paix et sécurité et développement des Nations Unies continueront de travailler main dans la main pour aider Haïti à passer de l'aide d'urgence à la stabilité à plus long terme et au développement durable.

Merci »
.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2022
Haitilibre.com -n