iciHaïti - Football : Examen pour la Licence d'Agent FIFA de Joueurs

iciHaïti - Économie : Reprise timide des activités portuaires

iciHaïti - CNDS D1 playoffs : Les 2 finalistes sont connus

iciHaïti - Mirebalais : 3 bandits lynchés après avoir été arrêtés par la PNH

iciHaïti - Football féminin : Festival «Grassroots» à Hinche et Cap-Haïtien


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping…

Haïti - Politique : Réunion importante du CPT sur la mise en place du Conseil National de Sécurité

Haïti - Politique : Mémorandum d’entente entre Haïti et le Kenya (officiel)

Haïti - FLASH : Le déploiement de la Mission retardé en raison de problèmes logistiques américains

Haïti - Actualité : Zapping…


+ de nouvelles



Haïti - Agriculture : 3,000 hectares de culture riz abandonnés en raison de l’insécurité
19/04/2024 09:58:42

Haïti - Agriculture : 3,000 hectares de culture riz abandonnés en raison de l’insécurité
Dans son dernier bulletin publié le 15 avril 2024, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l’agriculture (FAO - Haïti) indique que depuis novembre 2023, l'approvisionnement alimentaire des marchés de la région Sud a été réduit en raison des barrages routiers sur la route principale qui relie Port-au-Prince, avec pour conséquence une pression à la hausse sur les prix des denrées alimentaires. En outre, les importations sont suspendues depuis début mars 2024, suite à la fermeture des ports et des aéroports, ce qui a encore un impact négatif sur la disponibilité alimentaire.

Les agences humanitaires sont également confrontées à des difficultés croissantes pour fournir de l’aide en raison des barrages routiers et du pillage des fournitures. En mars 2024, le pays comptait 362,550 personnes déplacées internes soit plus du double par rapport à l’année précédente. La majorité ont été déplacées pour éviter les attaques/violences, laissant derrière elles leurs moyens de subsistance…

L’insécurité accrue a également provoqué l'abandon des zones de culture dans le département de l'Artibonite, où est produit 90% de la production annuelle de riz. Les zones abandonnées sont estimées à 3,000 hectares, soit environ 5% du total des superficies ensemencées en riz au niveau national, concentrées dans l'Est du département, où l'insécurité s'est intensifiée ces dernières années. Plus de 2,000 paysans cultivateurs de riz ont fuit la violence et choisi de cultiver dans les basses terres de l’Ouest de l’Artibonite, bien qu’elles soient moins bien équipées en installations d’irrigation et plus sujettes aux inondations.

Selon la dernière analyse de la Classification intégrée de la phase de sécurité alimentaire (IPC), le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire aiguë (Phase 3 [Crise] de l'IPC ou supérieur) est estimé à un niveau record de 5 millions (50% de la population analysée) pour la période de mars à juin 2024, avec une légère augmentation par rapport à la même période en 2023.

Outre l’intensification de la violence et la hausse des prix, le manque d’aide humanitaire a contribué au niveau record d’insécurité alimentaire aiguë. Entre août et décembre 2023, seulement environ 5% de la population a pu recevoir une aide alimentaire.

Les semis de maïs et de paddy de la campagne principale de 2024 sont en cours. Les précipitations supérieures à la moyenne prévues en avril et mai 2024 devraient combler les déficits hydriques des sols dans certaines zones des principaux départements céréaliers de l'Artibonite, de l'Ouest et du Centre (carte NDVI) et offrir des conditions propices à la germination des cultures et au développement végétatif. Les prévisions météorologiques indiquent une persistance de conditions météorologiques plus humides que la moyenne sur la période juin-août 2024, associées au phénomène La Niña.

Cependant, si des pluies excessives se produisent au stade de la maturation des cultures ou au moment de la récolte, elles pourraient diminuer les rendements ou limiter les travaux des champs. Les superficies ensemencées pour les cultures de maïs et de paddy de la campagne principale de 2024 devraient rester inférieures à la moyenne, en raison des coûts de production élevés et de la faible disponibilité des intrants, y compris des semences, car celles-ci proviennent généralement de la campagne agricole précédente, qui était inférieure à la moyenne.

Les importations céréalières pour la campagne commerciale 2023/24 (juillet/juin), principalement du blé et du riz destinés à la consommation alimentaire, sont attendues à 760,000 tonnes, soit près de la moyenne quinquennale. Les importations entre juillet 2023 et février 2024 ont été supérieures à leur niveau de l’année précédente, en raison de la baisse des prix internationaux du riz et du blé d’une année sur l’autre. »

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2024
Haitilibre.com -n