iciHaïti - Championnat de D1 : 18 Clubs en compétition cette année, calendrier d’ouverture

iciHaïti - ONA : Faux bénéficiaires, vrai désordre !

iciHaïti - Japon : Cérémonie officielle de réception d’un don de 6,396 tonnes de riz

iciHaïti - Cap-Haïtien : Félicitations de la Mairie pour la réussite du 3e jour gras du carnaval 2020

iciHaïti - PNH : Changement de Directeur Départemental de l’Ouest


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Politique : Deux projets d’électrification et de gestion des déchets financés par le Japon

Haïti - Sécurité : Saisie de plus de 100 kg de marijuana à Belladère

Haïti - Politique : Dialogue entre la PNH et les responsables du syndicat non reconnu

Haïti - Coupe du Monde U-20 : 3 matchs, 3 victoires, nos Grenadières entrent en 8ème de finale


+ de nouvelles



Haïti - Communication : Important saisie d'équipements de téléphonie
20/12/2011 08:22:45

Haïti - Communication : Important saisie d'équipements de téléphonie
Samedi la Police Nationale d'Haïti (PNH) a procédé à la saisie de deux appareils pouvant contenir 108 cartes SIM, 5 antennes extérieur, une génératrice, des inverters, trois ordinateurs portables, deux de bureaux, un GPS et huit cameras de surveillance, à la rue Clerveaux à Pétion-Ville.

Le propriétaire de ces équipement pouvait placé 216 appels téléphoniques internationaux simultanément. En plus la police a saisie 180 cartes de recharge de 100 gourdes des compagnies Voilà et Natcom et 27 cartes SIM de la compagnie téléphonique Voilà.

La saisie de ces équipements d'une valeur de près de 75,000 dollars américains fait suite à une enquête menée par l’unité contre la fraude téléphonique, qui est une entité composée de la PNH, du CONATEL et les fournisseurs d'internet.

« Après plusieurs plaintes déposées par les responsables des compagnies téléphoniques au Conseil national des télécommunications (CONATEL), le soulagement commence à venir » a déclaré Gérard Laborde, de l'opérateur téléphonique Voilà, qui par la même occasion dit constater une baisse significative des plaintes.

Pour sa part, Jean Larrio Pierre, consultant juridique du CONATEL indique que « Les compagnies enregistrent un déficit estimé à 12 millions de dollars par an [...] les taxes de ces appels pourraient permettre à 120 000 enfants d’aller à l’école dans le cadre du programme du Fonds National pour l’Education (FNE) » ajoutant que la police continuera ses enquêtes pour mettre la main aux collets de ces opérateurs illégaux qui risquent jusqu'à 3 ans de prison.

En juin dernier, une réunion présidée par l'actuel Ministre des Affaires Étrangeres, Laurent Lamothe, avait eu lieu pour réfléchir ensemble avec la justice pour voir de quelle façon il est possible de mettre fin aux activités de piratage sur les appels internationaux, ce qui est appelé le « bypassing (1) » dans le langage des télécommunications.

Dans le cadre de cette opération aucune arrestation n'a été effectuée.

(1) Exemple de Bypass

Par exemple un appel via une route légitimes coûte normalement 0,80$ avec un frais de commencement (initiation fee) de 0,50$ dans les pays A et un frais de terminaison (termination fee) de 0,30$ dans un pays B.

Dans le cas d'un bypass via VoIP (Voix sur IP) le frais de commencement (initiation fee) est de 0,15$ et le frais de terminaison (termination fee) est de 0,05$. L'opérateur téléphonique dans le pays B perd 0,25$ (0,30-0,05) en frais de terminaison (termination fee), ce qui résulte à une perte de 83%, donc l'État perd également en revenu (taxe). Il existe aussi des bypass via la technologie GSM (GSM Gateway), le bypass peut aussi être national, entrant ou sortant. Le bypass interconnecte les points via les routes les moins chers tels que l'Internet.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-3187-aiti-communication-reunion-au-palais-pour-combattre-le-bypassing.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Gary
Posté le 25/12/2011 09:04:45
A mon avis, ni la PNH ni le CONATEL n'a le droit de saisir ces appareils. Disons que le propriétaire travaille chez lui dans le programme WAH (work at Home) from anywhere; je crois que c'est moyen plus fiable pour mener son business. Le CONATEL devrait s'investiguer d'abord parce que là encore il met des restriction sur l'usage de l'internet.
eureka
Posté le 20/12/2011 10:26:18
Comme nouvelle, on ne peut faire mieux. La rue Clerveaux, le numero civique, c'est quoi? Ces équipements fonctionnaient à distance car il me semble que personne n'a été inquiété. C'était peut-être des gens d'Europe de l'Est, on ne veut pas faire d'erreurs dans l'orthographe de leurs noms. Merci quand même.
zopovin
Posté le 20/12/2011 09:18:59
A mon avis, si le propriétaire de ces équipements les ont obtenue d'une façon légale il est un entrepreneur qui a pour seul objectif d'établir un service. Si il y a des patentes qu'il devait obtenir et des impots a payer qu'on lui demande a le faire. Il s'est procuré ce qu'il avait besoin pour commencer une entreprise..
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n