iciHaïti - Médias : Haïti à l’agenda de la réunion de l’Association Interaméricaine de la Presse

iciHaïti - Projet SANIFIN : Renforcement des capacités de gestion des boues fécales

iciHaïti - Humanitaire : Taïwan soutien financièrement le Programme «Kore Pèp»

iciHaïti - Culture : Le Centre d’Art fait l’acquisition de «Guede Papillon» de Dubréus Lhérisson

iciHaïti - Humanitaire : La faim atteint des niveaux records, le PAM accélère son aide alimentaire


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping…

Haïti - Humanitaire : Rapport de situation #18 (16 avril 2024)

Haïti - FLASH : Alerte aux inondations et aux crues dans 9 départements

Haïti - FLASH : Réouverture reportée de l’Aéroport International Toussaint Louverture

Haïti - FLASH : Publication du vrai arrêté nommant les membres du CPT (officiel)


+ de nouvelles



Haïti - Agriculture : Mise à jour des projections de sécurité alimentaire jusqu’en juin 2012
02/04/2012 14:08:17

Haïti - Agriculture : Mise à jour des projections de sécurité alimentaire jusqu’en juin 2012
Toutes les récoltes de céréales et de légumineuses prévues pour le premier trimestre de 2012 touchent à leur fin. Elles se situent autour de la moyenne dans la plupart des régions du pays. Les récoltes de légumes, également moyennes, se poursuivent dans les zones irriguées, particulièrement dans la Vallée de l’Artibonite, la plaine de St Raphael, et dans certaines régions du département de l’ouest et du Sud-est où se pratiquent les cultures maraichères.

La deuxième grande récolte de riz dans l’Artibonite démarrera en avril. Mais elle sera en-dessous de la moyenne, vu que les riziculteurs n’ont eu accès qu’à moins de 50% de la quantité de fertilisants nécessaires au développement de cette culture. Les petits riziculteurs qui ont dû cultiver moins de surface qu’à l’ordinaire, ou appliqué moins d’engrais enregistreront une baisse de leur pouvoir d’achat pendant tout le deuxième trimestre. Le coût de production du riz local est très élevé et est très peu compétitif par rapport au riz importé qui se vend moins cher.

La grande saison agricole de printemps commencera dès les premières chutes de pluies reçues en mars/avril. Jusqu’au début du mois de mars, le pays avait reçu une pluviométrie qui demeura en-deçà de la moyenne des dernières années, entretenant ainsi un déficit hydrique dans presque toute la région du nord. Un décalage des précipitations d’environ deux mois, enregistré au printemps de 2011, a retardé les semis et prolongé la période de soudure dans presque toute la région du nord. Un retard s’observe encore cette année dans le Nord-Est, le Nord-Ouest et dans de nombreuses communes du département du Nord où sévit la sécheresse. Les semis du maïs, du pois inconnu et du riz n’ont pas pu avoir lieu par manque d’eau. Si cette situation se poursuit, les récoltes de pois inconnu et de bananes, attendues entre mai et juin n’auront pas lieu, avec des conséquences néfastes sur le pouvoir d’achat des ménages.

Le mois d’avril marquera le début de la période de soudure qui s’étendra jusqu’au mois de juin. Les mécanismes traditionnels de survie sont déjà ou seront mis en branle au cours du mois d’avril. Parmi ces moyens : la migration à la recherche d’emplois dans d’autres régions ou même à l’extérieur du pays, la fabrication du charbon, les emprunts à des taux usuraires. De plus en plus de jeunes adoptent de nouvelles stratégies comme : chauffeurs de taxi-moto ou vendeurs de cartes téléphoniques. Dans le Nord-ouest particulièrement, la pression sur les ressources ligneuses sera encore plus prononcée pendant cette période en vue non seulement de se procurer de l’argent pour se nourrir mais également pour s’acheter des intrants agricoles nécessaires a la conduite de la campagne agricole de printemps.

Certains indices montrent qu’il n’y aura pas une grande fluctuation des prix sur le marché pendant toute la période de soudure. Seules les légumineuses affichent une tendance à la hausse sur les marchés du Cap-Haitien, de Jérémie et de Hinche due en grande partie à la faible production des haricots dans certaines zones du pays, et l’augmentation de la demande à la veille de l’ouverture de la campagne agricole de printemps. Une grande partie des haricots récoltés en février/mars sera utilisée comme semences dans les montagnes humides en mars et avril. Par exemple, à Hinche, il se vend à 175 gourdes la marmite de six livres en février contre 166 gourdes en décembre 2011, se traduisant par une hausse de 5 pour cent. Cependant, une baisse des prix est attendue en mai et juin suite aux récoltes des haricots du printemps. Néanmoins, certains facteurs comme une augmentation à la pompe du prix du carburant ou une hausse du dollar par rapport à la gourde sont susceptibles de modifier le prix des produits alimentaires.

Ces informations sont une mise à jour des Perspectives de Sécurité Alimentaire, publié en octobre 2011, qui a estimé les conditions de sécurité alimentaire en Haïti jusqu’à la fin de mars 2012.

Source : USAID/ FEWS NET

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-3924-haiti-agriculture-dernieres-previsions-sur-la-securite-alimentaire.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2024
Haitilibre.com -n