iciHaïti - Sécurité : Vers la mise en place de 4 Comités de la Protection Civile en milieu rural

iciHaïti - Congrès de la Diaspora : La Ministre du Tourisme présente les avantages d’investir au pays

iciHaïti - Handicapés : Résultats de l'étude sur les opportunités de formation et d’emploi

iciHaïti - Social : L’Ambassadeur de Taïwan distribue en personne des kits alimentaires

iciHaïti - AVIS : Arrêté sur la circulation des poids lourds, garage et «car wash» à Cap-Haïtien


+ de nouvelles


Haïti - FLASH : TPS et DACA, accès à la résidence permanente sous Joe Biden...

Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #303

Haïti - PAP Jazz 2021 : Soirée d’ouverture du Festival International de Jazz de Port-au-Prince

Haïti - EDH : Pluie de MW sur Haïti


+ de nouvelles



Haïti - Humanitaire : La CRC bilan positif dans une situation difficile
08/07/2010 06:14:49

Haïti - Humanitaire : La CRC bilan positif dans une situation difficile
Extraits de notre article: «Les ONG sous le feu des critiques
« Les efforts pour maintenir la démocratie en Haïti doivent être accompagnée de mesures visant à établir un certain niveau d’ordre » parmi les centaines d'ONG opérant en Haïti depuis le séisme de Janvier dernier.[...] des centaines d'ONG qui œuvrent hors de tout contrôle et préserver la démocratie en Haïti » à déclaré Roosevelt Skerrit, Premier ministre de la Dominique le 6 juillet au sommet de la CARICOM. À son avis, si cette situation n’est pas réglée « les grands progrès que nous [?] avons faits en Haïti en vue de la reconstruction des institutions démocratiques seront sapés », ajoutant que ces ONG « peuvent influer les élections générales ». Par conséquent, a-t-il ajouté « La CARICOM estime que la situation actuelle en Haïti est intenable et doit cesser immédiatement ». Appelant les institutions internationales et les gouvernements à « cesser de fournir des ressources à ces ONG »

le 7 juillet en point de presse la Croix Rouge Canadienne (CRC) a sonné l’alarme (une intervention sans relation avec les déclarations de la CARICOM mais que nous souhaitions mettre en parallèle afin d’apporter l’éclairage d’une autre réalité).

Les millions de dollars promis par la communauté internationale pour la reconstruction d’Haïti tardent à se matérialiser et les organismes humanitaires sur le terrain sont débordés et doivent veiller à tout. La situation en Haïti est plus critique que jamais ce sont les organismes humanitaires qui, en plus de la distribution des vivres et des abris temporaires, doivent aussi fournir les soins de santé et tenter, au meilleur de leurs moyens, de rebâtir et de déblayer les décombres jonchant les rues de la capitale

« Ce n’est pas notre rôle de distribuer de l’eau à 280 000 personnes chaque jour. Jusqu’où devrons-nous aller?», s’inquiète la CRC « Le système de distribution d’eau est anéanti. Sa reconstruction ne relève pas des agences humanitaires, mais avons-nous le choix ? Il n’y a pas d’autres alternatives », lance Jean-Pierre Taschereau, gestionnaire principal, Interventions d’urgence pour la CRC

Pour la CRC, cette situation pose un problème éthique «Jusqu’où doit-on aller ? Le pays allait déjà mal avant le séisme de janvier dernier. Le tiers des Haïtiens n’avait pas accès au système de santé. Jusqu’à quel moment devrons-nous nous substituer au système de santé ?», s’interroge M. Taschereau. « La distribution des tentes va également bien au-delà des besoins créés par le tremblement de terre. Ainsi, jusqu’à maintenant, environ 1,9 million d’Haïtiens ont reçu un abri temporaire ». [Rappelons que les estimations officielles se situaient entre 1,2 et1,5 million le nombre de personnes affectées par le séisme]

« Nous sommes présentement forcés d’aller au-delà de notre intervention humanitaire. Même avant le tremblement de terre, Haïti n’était pas à la hauteur des standards que nous cherchons à maintenir dans les situations de crise», résume M. Taschereau.

[NdHL - La CRC fait face au problème de la pauvreté endémique d’Haïti qui prévalait avant le séisme, ont peut rapidement estimé que 25% des personnes recevant de l’aide aujourd’hui en Haïti n’ont pas été touché par le séisme sauf par celui de la pauvreté. L’information de le CRC sur le niveau de la situation avant séisme montre à quel niveau de délabrement se trouvait la société haïtienne].

À l’approche de la saison des ouragans, la priorité de la Croix-Rouge est maintenant la distribution d’abris antisismiques. On prévoit en distribuer 7,500 aux familles de Jacmel et de Léôgane, ce qui représente un véritable casse-tête étant donné le manque d’espace « La densité de la population et le manque d’espace physique à cause de la lenteur des travaux d’enlèvement des débris nous posent problème. Le volume des débris est 25 fois supérieur à celui du 11 septembre et on ne voit aucune machinerie lourde à Port-au-Prince »

La CRC ne sait pas dans cette situation quand elle pourra quitter Haïti. Déjà 100 millions ont été engagés dans différents projets. sur les 196 millions $ prévus en aide d’urgence à Haïti

La Croix Rouge Américaine (CRA) fait face à des défis identiques. Nigel Fischer, coordinateur humanitaire de la mission de l'Organisation des Nations Unies (ONU) à reconnu (en privé) qu’il faudra encore « plus d’un an avant que les victimes est un toit en dehors des camps [...] Au moins 1,2 millions d'Haïtiens sont encore à dormir dans les rues [...] Six mois après le tremblement de terre, le plus grand défi auquel nous sommes confrontés est d’amener les gens à rentrer chez eux, d'ouvrir des camps temporaires pour les réfugiés et le développement de la banlieue de Port-au-Prince », a dit M. Fischer. Ajoutant que l'ONU actuellement cherche des stratégies pour accélérer la reconstruction d'Haïti.

Pour sa part, Julie Exemplaire, porte-parole de la délégation haïtienne à la CRA a déclaré que l'organisation américaine avait recueilli environ $ 444 millions pour le relèvement d’Haïti. Sur ce montant, 112 millions de dollars ont été investi pour le logement, la nourriture, l’eau, l’assainissement et la santé, entre autres domaines.

[NdHL, ce n’est pas les fonds qui manquent pour financer la construction d’habitations transitoires pour les sinistrés mais ce sont : d’une part les terrains et les conflits fonciers (absence de titre) qui empêchent ces grandes ONG d’agir plus rapidement et d’autre part, l’absence de fonds internationaux massif permettant au Gouvernement de prendre la relève et de décharger ces ONG de tâches qui ne relèvent pas de leurs responsabilités].

L’humanitaire à ses limites et il serait illusoire de croire que l’éthique pourra empêcher de les franchir si l’aide internationale tarde trop]

Lire sur les problèmes fonciers :
https://www.haitilibre.com/article-544-haiti-reconstruction-les-problemes-fonciers-entravent-la-reconstruction.html

Lire sur les critiques faites aux ONG à la CARICOM :
https://www.haitilibre.com/article-549-haiti-caricom-les-ong-sous-le-feu-des-critiques.html

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n