Téléchargez le Calendrier scolaire remanié janvier à août 2023 (officiel)





iciHaïti - PNH : Réunion d’urgence du CSPN

iciHaïti - Invitation : Conférence débat sur la situation d’insécurité du pays

iciHaïti - Cap-haïtien : Parc de jeux «Lakay Fun World»

iciHaïti - Petit-Goâve : Distribution du «Livre scolaire unique»

iciHaïti - Tourisme : Vers la création d’un fonds pour le renforcement du site touristique de Labadie


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Politique : Déclaration de la CARICOM sur la violence en Haïti

Haïti - Insécurité : «Belvil» résiste aux attaques du gang «Kraze Baryè»

Haïti - Politique : Changements stratégiques à la PNH

Haïti - Politique : L’EDH s’explique sur le rationnement et les black-out


+ de nouvelles



Haïti - Social : Mouvement de protestation chez les étudiants
13/11/2012 07:57:38

Haïti - Social : Mouvement de protestation chez les étudiants
Suite au dramatique incident qui s’est produit samedi soir, à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques (FDSE), qui à causé la mort de l’étudiant de 4e année, Damaël D'Haïti, la communauté étudiantes a vivement réagit.

Lundi, les camarades de Damaël, rejoint par de nombreux autres étudiants de l’Université d’État d’Haïti (UEH), ont déclenché un mouvement de protestation, pour réclamer justice. La situation était particulièrement tendue sur l’avenue Christophe et a proximité de la Faculté de Droit, où ont été dressé des barricades de pneus enflammés, de chaises ou de poubelles par les étudiants en colère

Pascal Adrien, Représentant des étudiants de la FDSE au Conseil de l’UEH, a lancé un appel à la mobilisation des étudiants, afin d’obtenir justice pour leur camarade abattu dans des circonstances non encore élucidées.

Selon Frantz Lerebours, Porte-parole de la Police Nationale d’Haẗi (PNH), Macéus Pierre Paul qui fait partie de la dernière promotion de la police, n’aurait pas fait usage d’une arme de la PNH, précisant que ce jeune policier, qui serait également étudiant à la FDSE, aurait quitté son poste, pour se rendre à la fête d’intégration des nouveaux admis de la Faculté de Droit. D’après les premières informations recueillies, il semble, que l’incident se serait produit suite à une altercation entre le jeune policier et la victime, Damaël D'Haïti. Toutefois, les investigations se poursuivent afin de faire toute la lumière sur les circonstances exactes du drame.

De son côté, le Conseil de l'Université d'Etat d'Haïti (CUEH), réuni en session extraordinaire le 12 novembre 2012, a condamné dans un communiqué signé par Jean Vernet Henry, le recteur de l’UEH au nom du CUEH, cet acte perpétré dans l'enceinte même de la Faculté et appelé la communauté universitaire à la modération.

« Ce crime abominable et inacceptable témoigne du mépris pour la vie humaine qui continue de hanter le pays. Le Conseil de l'UEH, note que cette action survient dans un contexte marqué par un ensemble d'actes perpétrés au cours des deux dernières années et restés jusque-là impunis (disparitions et assassinats d'étudiants, assassinat des professeurs Serge Bernard et Jn Anil Louis Juste, actes d'intimidation des forces de l'ordre...) Tout en comprenant la protestation collective des étudiants, le Conseil de l'UEH invite la communauté universitaire à la modération, à la vigilance et à la prudence, ainsi que les pouvoirs publics à garantir l'exercice des libertés civiles.

L'UEH va prendre toutes les dispositions nécessaires pour que justice soit rendue à Damaël D'Haïti. À cet effet, le Conseil de l'UEH a pris les résolutions suivantes :

1) Mise sur pied d'une Commission pour faire la lumière sur les conditions dans lesquelles le dit policier a perpétré ce meurtre et pour assurer le suivi de ce dossier ;
2) Constitution d'un conseil d'avocats, en vue d'accompagner les parents de la victime ;
3) Arrêt de fonctionnement de l'UEH le mardi 13 novembre 2012.

Le Conseil de l'UEH profite de l'occasion, pour présenter ses sincères condoléances aux parents et amis de la victime, à la communauté universitaire qui pleure un des siens et exige que justice soit rendue. »


Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-7132-haiti-securite-le-premier-ministre-offusque.html

HL/ S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Agrippa
Posté le 15/11/2012 01:09:56
@Jaguar et @Maxime- Comme vous le savez, on peut lire entre les lignes tout comme on dit que c'est le ton qui fait la chanson. Le contexte dans lequel cela a été dit peut révéler des choses. C'était peut-être par inadvertance que l'expression a été employée, mais ça avait un goût amer. Merci Jaguar pour ta mise au point. Quand on a vécu à l'extérieur, on analyse et on voit d'un autre oeil les différentes classes sociales et surtout on apprend à respecter les individus appartenant à ces classes. Je te comprend mon cher @Maxime, chacun, y compris les cireurs de bottes, les balayeurs de rue, les bayakous, chacun dis-je, a sa place dans la société et y est très important. Je suis tout à fait d'accord avec toi pour dire qu'ils doivent remplir les fonctions qui leur sont attribuées et de ne pas s'improviser médecin, pilote ou autres. Mais par ailleurs, depuis mon enfance, le pays a le plus souvent été dirigé par des intellectuels ayant fait leurs études dans de grandes universités étrangères, pourtant les décisions qu'ils prenaient ont toujours laissé à désirer... Merci @Maxime et @Jaguar d'avoir dialogué avec moi.
jaguar
Posté le 14/11/2012 11:40:39
Mon cher @Agrippa, je comprend ta frustration concernant le commentaire de @Maxime, a savoir l'expression " Bas peuple". Comme tu dis en réponse « Tou't mou'n se mou'n ». Il n'y a pas de pays sans classe intellectuelle et sans celle d'illettrés, sans riches et sans pauvres, mais partout il n'y a que des citoyens a part entière,quelque soient leurs rangs sociaux. Dans les années 80, je vivais en Suisse et j'avais appris qu'en plein Paris , il y avait pas mal d'illettrés, mais vus de manière égale par les autres citoyens. Aux USA, il y en a a gogo, mais vus en tant que citoyens. Si l'on fait un sondage, on découvrira que c'est ceux que l'on traite de bas peuples, ont contribué a notre patrimoine intellectuel, culturel: Nos poètes, nos professeurs et j'en passe, ne viennent jamais de ce que certains considèrent comme d'en haut ou "Haut peuple". Peut être, c'est juste une petite erreur de @Maxime, d'établir cette différence en ne sachant pas qu'on peut être un bon chirurgien, mais non éduqué. L'illettré peut être eduque et non intellectuel, car l'éducation et l'intellectualisme sont deux choses différentes. L'éducation bonne ou mauvaise, est un constituant de l'être, et l'intellectualisme, c'est ce qu'on acquiert par des études...
Maxime
Posté le 14/11/2012 08:26:46
@Agippa: « Tout moun se moun » mais il y aura toujours une différence entre un illétré et une personne éduquée. Notre plus grand problème en Haiti est d'ignorer cette réalité. Chacun a sa place dans la société. Tu n'accepteras jamais qu'une personne non-éduquée réalise une intervention chirurgicale sur toi ou un membre de ta famille dans un centre hospitalier. Tu n'accepteras pas que le cireur de bottes pilote l'avion dans lequel tu voyages. Mais tu penses que c'est acceptable qu'il dirige ton pays? Les universitaires sont formés pour apporter des solutions aux problèmes de société. Ils doivent être une référence pour les générations montantes et la société en générale. Ils doivent se distinguer des hommes de rue. A l'université on apprend à poser les problèmes en vue d'y apporter des solutions adéquates et décentes.
Agrippa
Posté le 14/11/2012 00:33:16
@Maxime -- Dans ton commentaire tu as dit que les universitaires doivent faire la différence avec les gens du bas peuple. Que veux-tu dire par «Les gens du bas peuple? Est-ce que c'est un monde à part? pa blie ke tout moun ce moun. Si ces gens du bas-peuple ne vont pas à l'université, c'est tout simplement parce qu'ils n'ont pas les moyens financiers pour le faire. Ce n'est pas une raison pour les traiter de la sorte. Sans rancune @Maxime.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2023
Haitilibre.com -n