iciHaïti - Social : 70 restaurants communautaires réapprovisionnés

iciHaïti - Bulletin routier : 18 accidents au moins 49 victimes

iciHaïti - Politique : Tournée d’inspection de chantiers du Ministre Nader Joiséus

iciHaïti - Insécurité : Le chauffeur du Ministre de la Justice tué par balles

iciHaïti - FLASH : Adresse à la Nation du Président Moïse (Vidéo)


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #313

Haïti - RD : 300 haïtiens illégaux et 7 passeurs arrêtés à Elías Piña

Haïti - Canada : 3e vol Haïti - Montréal avec des passagers infectés

Haïti - Politique : La Ministre des Affaires Sociales révoquée


+ de nouvelles



Haïti - Social : «Kembe fèm, pa lagé, demen gen pou pi bel !» (dixit Michel Martelly)
12/01/2013 11:52:25

Haïti - Social : «Kembe fèm, pa lagé, demen gen pou pi bel !» (dixit Michel Martelly)
À l’occasion de la Commémoration du 3ème anniversaire du 12 janvier 2010, le Président Martelly a prononcé un discours ce matin au Palais National.

« Madame la Première Dame,
Monsieur le Premier Ministre,
Monsieur le Président du Sénat
Monsieur le Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire,
Monsieur le Nonce Apostolique,
Messieurs les Ambassadeurs,
Peuple Haïtien,

Dans quelques instants quand retentira la sonnerie aux morts, c’est au nom de chacun d’entre vous, c’est au nom de la Nation toute entière que je m’inclinerai respectueusement en souvenir - de toutes celles et ceux, victimes ce 12 janvier, voila déjà 3 ans.

Et j’entends encore cet immense cri de douleur des familles amputées, des rêves amputés, des femmes et des hommes amputés...

A vous tous, qui aujourd’hui encore souffrez en silence et essuyez vos larmes, à vous tous que ce 12 janvier aura laissé veufs, veuves ou orphelins, en tous cas ravagés, un peu plus seuls, un peu plus vulnérables, je veux vous exprimer ma compassion ;

Je veux vous dire mes regrets et déplorer que le Mausolée à la Mémoire de nos disparus n’ait pas encore été érigé à Saint Christophe. Je veux vous dire que je m’investirai personnellement pour que toute la symbolique du lieu trouve prochainement son expression.

A toutes celles et ceux qui ce jour-là ont arraché leur vie des gravats en y laissant un peu d’eux–mêmes, et qui aujourd’hui subliment leur souffrance, je veux vous dire toute mon admiration pour votre extraordinaire courage.

A toutes celles et ceux, jetés dans la rue, par le 12 Janvier, jetés sur les places publiques, les terrains vagues dans des abris de fortune, à la merci des intempéries et du choléra, espérant la protection de l’Etat- quand bien-même plus d’un million d’entre vous ont trouvé aide, assistance et réintégration- trois cents mille restent encore à secourir. A ceux-là, je veux dire au nom de l’Etat : Patience !

Et j’ai une pensée émue, pour toutes celles et ceux, qui, venus d’ailleurs, pour aider et servir mon pays avant le 12 Janvier, y ont laissé leur vie. Leur sacrifice marque l’ultime preuve d’amour et d’humanisme - Je voudrais, en ce jour, à leur famille, à leur pays, à leurs amis et collègues, exprimer toute la reconnaissance du peuple haïtien.

Et je pense à Haïti, et je pense aux survivants, à nous, à chacun d’entre vous.

Chaque jour à votre manière, ayant choisi de demeurer ici, vous portez surement le témoignage le plus achevé, de ce que peut être l’amour d’Haïti, l‘amour de la patrie ;

Et je pense à la vie et je crois à la vie, à l’espoir qu’elle suscite et à l’obligation qui est la mienne et celle de mon administration de porter à la population d’Haïti, malgré les aléas, les voies et moyens de ce mieux vivre.

De ce mieux vivre promis - de cette immense promesse de reconstruction dont les résultats trois ans après méritent d’être évalués, en toute objectivité, à l’aune des moyens effectivement reçus - et pour lesquels, au nom du peuple haïtien, je voudrais à chaque pays donateur et surtout à leurs populations solidaires de nos malheurs, exprimer ma reconnaissance.

Je peux comprendre la saine préoccupation des opinions publiques, quant à la bonne utilisation des efforts consentis –

Cette pression doit être maintenue !

J’y souscris !

Mais plus encore, ce que je viens vous dire c’est que malgré toutes ses souffrances, Haïti aujourd’hui se relève, qu’elle initie et encourage un nouvel ordre dans la coopération internationale, basé sur la solidarité, l’obligation de résultats, la transparence, mais également le respect mutuel.



Pèp Ayisyen,

Men nan men, nap sonjé sa nan nou ki alé yo.

Men nan men nap sonjé, nap sonjé 12 janvye.

Sa nan nou ki alé, ki alé san zatann, ki alé san vèy, ki alé san lantèman, ki alé san orevwa, san kité tras.

Yo alé san kite tras, mais yo kite nan vi nou, yon kokenn mak soufrans ke nap pote nan kè nou, ke nantere nan kè nou, ki pap janm éfasé.

Se pou tèt sa jodia, mwen mande gouvenman’m nan pou’l travay, pou’l konstwi monuman pep la ap tann nan, pou’l fè dèy manman’l, pou’l fe dèy frè’l, pou’l fè dèy pitit li, pou nasyon an fè dèy li.

Map pwofite anonse yon konkou kap lanse jodia mem pou monuman ke nap leve nan memwa frè ak sè nou yo ki ale nan dat 12 janvye 2010 la.

Jodi a 12 janvye, 3 zan aprè se sou lakou kote Palè a te ye ke nap komemore jou a.

Kek pil roche, kek pil fè, se sa 12 janvye kite de Palè nasyional nou an, de kay pèp la.

Men li kite ma drapo an, drapo d’Ayiti a, drapo ble e rouj la, li kite’l djanm.

Drapo ki kimbe nan pli li tout soufrans peyi d’Ayiti men drapo ki kale ko’l jan Ayiti pral leve a, jan’l komanse leve deja.

Peyi a ap rekonstwi wè pa wè, kòm sa dwa!

L’ap rekonstwi nan lòd, nan disiplin, nan solidarite, nan respè nòm sismik yo, nan respè environman nou, jan nou komanmse fe’l nan Zoranje, jan nou komanse fel nan Mònn Kabrit, jan nou refè eskanp figu aewopò yo, jan nap manyen batiman piblik yo.

Nan moman an map anonse ke ministè travo piblik transpò ak kominikasyon fèk soti Kòd Nasyonal Batiman Peyi d’Ayiti. Ke se swa kay prive, ti bizniss, gwò bizniss, kòd sa a fèt pou respekte. Paske nou dwe konstwi yon lòt jan pou nou pa janm viktim yon lòt fwa ankò, yon lòt eveneman tankou 12 janvye.

Menm dokiman sa a ap pare pou batiman piblik yo nan mwa Davril kap vini an.

Fok Leta pran responsabilite’l pou’l fonksyone tankou yon Leta modèn.

Fòk tout Ayisien souke kò yo pou peyi a ka leve kampe! Se nou tout ansanm ki pou fèl e ki ka fèl !

Nan memwa frè’n ak sèn’n ke 12 janvye frape, Nou pran angajman ke demen gen pou pi bel.

Kembe fèm, pa lagé, demen gen pou pi bel ! »


S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


neptune
Posté le 13/01/2013 21:08:58
Merci M.le Président l'intellect ne peut remplacer le cœur ni la pitié la compassion, vous aimez notre pays et votre gouvernement représente notre espoir de reprendre notre place de peuple libre avec notre fierté,[hors sujet] ceux qui aiment Haiti sont avec vous courage, nos priéres accompagnent votre équipe.
Pierre
Posté le 12/01/2013 20:47:53
La compassion a uni le monde aux haitiens. Que la compassion nous unisse tous pour le plus grand bien du pays. Je félicite le Président d'avoir exprimé sa compassion au pays. Car, quand la compassion n'est pas manifeste dans le coeur des hommes, c'est l'obscurité, l'ignorance et la souffrance qui y règnent. Monsieur le Président, vous êtes le Représentant-en-chef en qui la compassion soit le porte-parole et se manifeste. Des actions compatissantes élèvent l'homme à dignité divine et l'ennoblisent. Que le Père de la compassion nous guide et nous unisse.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n