iciHaïti - Éducation : Tournée du Ministre Cadet dans les Centres d'examens

iciHaïti - Social : La Première Dame d’Haïti annule sa visite à Washington

iciHaïti - Politique : Séance plénière dans la salle polyvalente du Sénat

iciHaïti - Tennis : L’haïtiano-Japonaise Naomi Osaka n’est plus #1 mondiale

iciHaïti - Sécurité : 42 accidents, 101 victimes en hausse de 200%


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : zapping...

Haïti - Sécurité : L’Unité de Sécurité Générale du Palais sous enquête

Haïti - Santé : Le Centre Ambulancier National dément et déplore !

Haïti - Sécurité : L’intolérance politique met en danger les acquis démocratiques

Haïti - FLASH ONU : Après la MINUJUSTH voici venir le BINUH


+ de nouvelles



Haïti - FLASH : Suite à la crise, une usine employant plus de 10,000 ouvriers a commencé son processus de retrait d’Haïti
01/04/2019 10:44:10

Haïti - FLASH : Suite à la crise, une usine employant plus de 10,000 ouvriers a commencé son processus de retrait d’Haïti
L’Association des Industries d’Haïti (ADIH) a fait le constat des journées perdues pour l’économie du pays au cours du mois de février, suite à la paralysie totale des activités sur toute l’étendue du territoire, causant ainsi des pertes non encore évaluées dans leur totalité..

L’ADIH souligne « Cette dangereuse situation qui a prévalu dans le pays pendant 10 jours de suspension des activités économiques n’est pas sans conséquences sur tous les secteurs, notamment celui de la sous-traitance qui n’a pas pu fonctionner normalement ni respecter ses contrats de livraison. »

L’ADIH qui se demande « combien de temps continuerons-nous de nous empêtrer dans ce marasme ? » souligne que de nombreuses questions sont encore sans réponse entre autres : Combien de pertes enregistrées causées par ces jours d’arrêt dans le contexte de développement des parcs industriels ? Combien d’usines et d’emplois potentiels étaient en progression et combien sont actuellement en jeu ?

L’ADIH rappelle que déjà « une usine employant plus de dix-mille (10,000) ouvriers à Caracol a commencé son processus de retrait en Haïti » et se demande avec inquiétude s’il y en aura d’autres…

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-27310-haiti-politique-salaire-minimum-la-chambre-basse-menace-l-economie-d-haiti.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Prospere
Posté le 01/04/2019 15:09:03
Jee crois qu'il faut inventer une démocratie pour les Haïtiens, parce qu’au nom de la démocratie, on tue, on vole et personne ne peut rien dire.
Eagleview
Posté le 01/04/2019 12:03:38
«L’Association des Industries d’Haïti (ADIH)» - je vous comprends mais vous devez demander ces questions Andre Michel, Moise Jean Charles et les autres opposants et destructeurs du developement social et économique du pays. Ils disent qu'ils luttent pour le peuple mais on sait tous que la lutte qu'ils mènent est pour gagner le pouvoir. Pourquoi les journalistes d'Haiti permettent à ces hommes d'avoir accèss à leur micros pour inciter le peuple à la violence au lieu de donner la parole à des hommes compétents qui peuvent inciter le peuple à agir en bon citoyens qui veulent developper leur pays? Pourquoi les journalistes ne disent pas que si je vous donne mon micro vous devez l'utiliser pour aider le peuple, surtout les gens à inspirer à un rêve de voir leur pays developper économiquement et devenir un pays propère ou tout le monde veut venir visiter en tant que touristes ou hommes et femmes d'affaires?
Cafriq
Posté le 01/04/2019 12:03:02
La question devrait être plutôt posée au gouvernement à savoir quand il va prendre ses responsabilités de protéger les droits de ses concitoyens. Aucun groupe ou individu ne peut pas être plus fort que l'état. Personne d'autre que l'état ne doit pas avoir ce droit de décider que le pays est "lock" bafouant ainsi les droits de la population active. Le geste de ces gens de l'opposition n'ont rien à voir avec la démocratie ou la liberté d'expression, leur action s'approche plutôt du chaos et de l'anarchie. Il est temps que l'Etat commence à considérer les acteurs de ces actes comme "hors la loi" et répondre de leurs actes devant la justice. Le gouvernement doit ainsi donner l'assurance a son peuple qu'il est là pour défendre leurs droits et leurs intérêts.
pipo
Posté le 01/04/2019 11:02:12
Cette question devrait être posée a Moise Jean Charles, Andre Michel, Jean Andre Victor, et Donkato. Tous des disciples du cacohismes.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n