iciHaïti - FAES : Une dizaine de quartiers de la zone métropolitaine bénéficient de rations sèches

iciHaïti - Politique : Partenariat avec le BSEIPH au bénéfice des policiers handicapés

iciHaïti - Covid-19 : Des millions de masques distribués gratuitement

iciHaïti - Sécurité routière : 35 accident au moins 77 victimes

iciHaïti - Éducation : Vers une redynamisation de l’alphabétisation


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 5 août 2020

Haïti - FLASH : Près de 1,600 haïtiens bloqués dans des camps au Panama

Haïti - Sécurité : Recrudescence de la violence et impuissance de la PNH

Haïti - Covid-19 : «Nous sommes toujours en alerte rouge» dixit le Ministre Henriquez


+ de nouvelles



Haïti - FLASH : Évaluation des remèdes traditionnels haïtiens contre le Covid-19
01/08/2020 09:59:45

Haïti - FLASH : Évaluation des remèdes traditionnels haïtiens contre le Covid-19
La Commission d’évaluation des remèdes traditionnels utilisés contre la Covid-19 en Haïti, composé des professeurs de l’UEH : Audalbert Bien-Aimé, Ingénieur-Agronome, spécialiste en nutrition animale ; Justin Casimir, Chimiste ; Marc-Félix Civil, Docteur en médecine, spécialiste en éthique ; Ernst Noel, Virologue et Marilise Rouzier, Biologiste-botaniste, a présenté son rapport jeudi 30 juillet 2020.

Rappelons que ce groupe de travail formé le 4 juin dernier avait pour mission d’émettre un avis scientifique et éthique sur les formules et recettes utilisées en Haïti contre le Covid-19 ; préciser les propriétés et éventuels effets secondaires des plantes entrant dans la composition de ces recettes et faire des recommandations.

Extraits du rapport :

Environ 72 recettes traditionnelles recensées en utilisation pour prévenir et combattre le Covid-19 ont été prises en compte, une soixantaine composée d’espèces végétales, 5 d’origine animale et 5 d’origine minérale.

Produit les plus utilisés dans les recettes :
Le miel et le gingembre sont les produits les plus utilisés, suivis du citron, de l’aloès (Lalwa), du girofle, de l’ail, de l’oignon, de la cannelle et de l’armoise. D’autres produits sont aussi utilisés comme : la muscade, les œufs, le lait, l’eucalyptus, l’asosi, l’orange sure, le persil, le safran, la citronnelle, le basilic, la carotte, le kase sèk, l’absinthe, le ricin, la betterave, la verveine, le moringa, le pois puant.

Familles de plante les plus présentes :
1) Les Astéracées,
2) les euphorbiacées,
3) les lamiacées
4) les liliacées

Mode de préparation recensées :
1) Décoction (Bouillie)
2) Trempés sur alcool
3) Passage de ingrédients au mixeur, Jus
4) Infusion (chode)

Mode d’administration :
1) Voie orale (A priori)
2) Parfois frictions ou bains
3) Inhalation (Certaine fois)

Durée du traitement :
1) En Moyenne 5 à 10 jours
2) Pour la prévention : 1 fois/jour, parfois 2 fois/jour
3) Déjà atteint par la maladie: 3 fois/jour

Constat :

Plusieurs recettes sont potentiellement capables de répondre à la fois aux symptômes et au blocage des complications alors que d’autres peuvent prévenir la maladie. Ceci indique une bonne connaissance de la phytothérapie et une adresse particulière à manier les plantes et à les associer. Le fait qu’il s’agisse d’une population n’ayant jamais renié ses savoirs ancestraux en ce qui trait à l’usage des plantes et qui a toujours fait appel à la phytothérapie pour traiter ses maux quotidiens, a certes aidé à cette réaction rapide et adéquate à une maladie complètement inconnue jusqu’ici. Ce riche savoir a sans doute contribué à éviter de nombreuses pertes de vie au sein d’une population déjà affectée par une situation socio-économique catastrophique.

Conseil de la Commission :

  • À côté des effets positifs répertoriés, pour que les recettes utilisées gagnent en efficacité et en sécurité, il est nécessaire d’attirer l’attention sur certains points importants :

  • Dans l’ensemble, les plantes utilisées ne sont pas connues pour leurs nocivité, ce qui est quelque part rassurant. L’usage de certaines d’entre elles comme l’armoise, l’absinthe et l’absinthe marron n’est cependant pas sans danger et devrait être évité par voie orale.

  • Le fait d’associer plusieurs plantes au sein d’une même recette a ses avantages, mais aussi ses inconvénients. L’inconvévient majeur décelé dans les recettes concerne l’effet anticoagulant des plantes. Certaines recettes comportant un trop grand nombre de plantes ayant cet effet, pourraient provoquer des saignements chez l’utilisateur.

  • De façon plus générale, même lorsque les plantes auxquelles on fait appel ne présentent individuellement pas de danger, certaines recettes tout en aidant à gérer les symptômes de la Covid-19, pèchent par la trop grande complexité de leur composition.

  • La plupart des recettes ne devraient pas être utilisées par les femmes enceintes ou allaitantes et par les enfants en bas âge. Les hypertendus et les diabétiques, nombreux dans le pays et qui constituent des groupes vulnérables doivent être vigilants et éviter les recettes à composition complexe.

  • Une réglementation des utilisations traditionnelles est absolument nécessaire: elle doit tenir compte des normes internationales en la matière tout en conservant l’originalité des pratiques et garantir le droit de propriété.

Recommandations de la Commission à la population :

Prendre très au sérieux la eCovid-19 et respecter les consignes du Ministère de la santé publique.

Continuer à faire usage des plantes médicinales contre la Covid-19, en s’informant et en évitant les plantes pouvant présenter une toxicité et en étant modérée dans les quantités et les mélanges d’espèces. Absinthe et absinthe marron ne devraient pas être utilisées par voie orale. Pour la plante dénommé « armoise » vu les doutes pesant sur son identification (Plusieurs plantes portant ce nom) et les risques de toxicité, il serait prudent de ne l’utiliser que par la voie externe, en bain par exemple. Pour éviter un cumul de plantes à effet anticoagulant, on conseillerait de ne pas faire de mélange de plus de 3 ou 4 plantes à la fois pour la voie orale.

Profiter pleinement des produits locaux riches en vitamines et minéraux et consommer davantage d’aliments, tels cerises, cacao, mangues, avocats, légumes/feuilles, cresson, moringa. En renforçant le système immunitaire, ces aliments protègent contre la covid-19 mais aussi d’autres maladies infectieuses.

Pour plus de détails téléchargez le rapport de la Commission (PDF) : https://www.haitilibre.com/docs/remede-covid-19.pdf

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-31414-haiti-actualite-zapping.html
https://www.icihaiti.com/article-30988-icihaiti-covid-19-soutien-conditionnel-du-ministere-aux-remedes-traditionnels.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


yfed302
Posté le 02/08/2020 10:42:57
Donc, le potentiel est là. Le gouvernement devrait sauter sur l'occasion pour redorer son blason, en mettant de l'ordre de ce côté. Pourquoi ne pas créer un institut national de la médecine traditionnelle qui pourrait s'occuper de tout ce qui a trait à cette branche. Il faudrait aussi le rattacher aux facultés d'ethnologie et de médecine. Il ne faudra pas oublier le secteur vaudou, car pour la connaissance des plantes, ces gens-là ont le savoir nécessaire. Espérons que cette idée prenne forme. Le pays a tout à gagner en s'organisant de cette manière.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n