iciHaïti - Covid-19 : Détérioration attendue de la situation de la sécurité alimentaire

iciHaïti - Environnement : «Nos solutions sont dans la nature»

iciHaïti - Politique : Visioconférence entre Jovenel Moïse et Danilo Medina

iciHaïti - OIM : Formation sur la gestion des cas de migrants vulnérables face au Covid-19

iciHaïti - Covid-19 : 20,000 masques pour les associations culturelles


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 24 mai 2020

Haïti - Abus sexuel : Le journal «The Guardian» récidive, la Fédération de Football dénonce

Haïti - Petit-Goâve : Arrestation de 18 membres du Foyer Spirituel des Consciences Unies

Haïti - FLASH : 53 nouveaux cas et 136 cas suspects en 24 heures


+ de nouvelles



Haïti - Politique : Rejet du Premier Ministre désigné par anticipation !
09/07/2011 10:12:20

Haïti - Politique : Rejet du Premier Ministre désigné par anticipation !
Me Bernard Gousse, nouveau Premier Ministre désigné mercredi dernier par le Chef de l’État, en dépit des opinions défavorables de la majorité des parlementaires, fait face à une fronde des Sénateurs. Le Président Martelly qui n’est pas parvenu à convaincre les parlementaires de voter pour son nouveau candidat a tenu à préciser que des négociations ont bien eu lieu mais que « négociation ne signifie ni marchandage ni compromission ».

Dans une correspondance remise hier à Rodolphe Joazile, le Président du Sénat, 16 Sénateurs, dans un geste politique sans précédent, ont rejeté le candidat à la Primature du Chef de l’État, avant même le dépôt des pièces, prévues mardi prochain.

Les Sénateurs expliquent cette décision par leur volonté d'éviter la répétition de ce qui était arrivé en 2004, à un groupe de 3 sénateurs dont Rudy Hériveau et Louis Gerald Gilles, après le départ forcé du Président Jean Bertrand Aristide.

Les 16 Sénateurs affirment avoir pris en compte dans leur décision des « déclarations de diplomates étrangers, d’analystes politiques, de militants des droits humain, de chefs de parti politique sur l'implication directe de Bernard Gousse dans des cas d'arrestations arbitraires et illégales, d'assassinats et de répression politique. » De plus, ils estiment que Me Bernard Gousse ne respecte ni la loi ni la constitution, et n’a aucun respect pour les parlementaires, faisant référence à des déclarations récentes du candidat sur les ondes d'une radio de la capitale.

« Lorsque nous pensons au proverbe qui dit "la ki di nen pran kou je kouri dlo", la seule façon pour que nous évitions aux parlementaires de la 49ème ce qui c'est passé en 2004 [...] aux militants Lavalas des quartiers populaires après le coup d'état contre Jean Bertrand Aristide, nous Sénateurs de la 49ème qui avons signé cette note, prenons l'engagement devant la Nation et le monde entier, de voter contre le choix de Bernard Gousse comme Premier Ministre. »

Le texte de ces Sénateurs, sonne le glas politique de la ratification de Me Bernard Gousse.

Le Sénateur Joazile a confirmé avoir reçu la correspondance de ses collègues, qu’il qualifie de « cas d’espèce », et compte l’acheminer au Chef de l’État et en informer Me Gousse, qui devra décider de poursuivre ou non ses démarches.

Le rejet, avant même le dépôt du dossier du candidat désigné à la Primature, constitue un deuxième échec annoncé, pour le Président Michel Martelly. Une démonstration de force qui confirme la détérioration croissante des relations entre l’Exécutif et le Parlement.

Des rumeurs laissent entendre, depuis quelques jours dans la capitale, que le Chef de l’État aurait l’intention de dissoudre le Parlement où tout au moins, de brandir la menace de cette dissolution... Himmler Rébu, le principal dirigeant du Grand Rassemblement pour l'Evolution d'Haïti (GREH), à fait savoir en réponse à ces rumeurs, que le Chef de l’État emprunterait un très mauvais chemin en agissant ainsi « Une telle mesure ne pourrait que se retourner contre lui » à affirmé M. Rébu.

Version originale en créole de la lettre des Sénateurs :

SENA REPIBLIK LA

Pozisyon nou menm senate nan karant neviem nan,

Le nou konsidere pozisyon sitwayen yo eksprime sou bena gous ke prezidan mateli chwazi pou vin premye minis,

Le nou konsidere deklarasyon diplomat etranje, analis politik, militan dwa moun, chef pati politik sou enplikasyon direk bena gous nan arestasyon abitre e ilegal, represyon, asasina ak pesekisyon politik,

Le nou konsidere menas ki peze sou tet palmante nan deklarasyon prezidan mateli fe e nan appel robo kap fet a pati de telefon digicel,

Le nou songe deklarasyon ke bena gous fe nan radyo metwopol ki montre a kle li pa gen okenn respe pou palmante,

Le nou songe aksyon malonet ki pa respekte lalwa ke li te fe sou twa palmante nan radyo karaib le li te minis jistis,

Le nou konnen ke bena gous se yon moun ki pa respekte ni lalwa, ni la konstitisyon,

Le nou songe pwoveb la ki di nen pran kou je kouri dlo, sel fason pou' n evite sak te pase senate rudy herivo elatriye nan radio karaib pa rive sou palmante karant neviem nan ak lot militan lavalas nan katye popile apre koudeta 2004 kont jan betran aristid, nou menm senate nan karant neviem nan ki siyen not sa nou pran angajman devan nasyon an ak le mond antye pou nou vote kont chwa bena gouss kom premye minis.

NON PRENON DEPATMAN SIYATI

1 EXIUS Pierre Francky Sud
2 SAINVIL François Lucas Nord-Ouest
3 PRIVERT Jocelerme Nippes
4 LEBON Fritz Carlos Sud
5 LAMBERT Joseph Sud ‘Est
6 LAMBERT Wencesclass Sud ‘Est
7 JOHN Joseph Joël L’Ouest
8 BUISSERETH Yvon Sud
9 DESRAS Simon Dieuseul Centre
10 BEAUPLAN Evallière Nord-Ouest
11 BASTIEN Kelly C. Nord
12 CASSY Nenel Nippes
13 PIERRE LOUIS Derex Lucien Nord- Est
14 BIEN-AIME Jean-Baptiste Nord- Est
15 MOISE Jean-Charles Nord
16 WESNER Polycarpe Nord

Fèt nan Sena Repiblik la, jou ki te Vendredi 8 Jiyè 2011.

Pou otantifikasyon :

Joseph LAMBERT, Senatè


Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-3336-haiti-politique-depot-du-dossier-du-premier-ministre-reporte-dans-un-climat-d-hostilite.html
https://www.haitilibre.com/article-3322-haiti-politique-rien-n-est-joue-pour-le-premier-ministre-designe-bernard-gousse.html
https://www.haitilibre.com/article-3317-haiti-politique-bernard-gousse-bientot-premier-ministre-designe-source-maj-11h15.html
https://www.haitilibre.com/article-3282-haiti-politique-la-saga-du-premier-ministre-continue.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Lageau
Posté le 08/08/2011 08:20:01
Ils portent des accusations a tort et à travers concernant me Bernard Gousse. Ils disent qu'il a fait des crimes contre l'humanité, violer les droits humains, répression politique, de meutre,etc. Qu'en est-il de ces 16? En 2004 c'était les rats qui faisaient la une des journaux. Ils tuaient, pillaient, kidnappaient, violaient, semaient la terreur dans le pays. Ils faillaient bien que le Ministre de la justice mette la fonction public en mouvement ce qu'aurait fait tout autre Ministre digne de ce nom. Ils fallait une réplique draconienne. Même si parfois I'll a été trop dur. En ce moment le pays a besoin d'un bras de fer pour faire circuler les gens dans les zones de non droit, pour la sécurité des gens, pour freiner le viol, le kidnapping etc... .Au parlement ils n'avancaient pas ces arguments là. Manque de décharge était considere comme leur échappatoire. 16 robots suivis par leurs leaders qui leur dictent ce qu'ils devront faire ou pas. Ils recevaient des coups de fils qui les poussaient a voter contre me Gousse. Ils ont des doctorats, des maitrises et pourtant on dirait que la lettre a trahit l'esprit. La ratification d'un Premier Ministre ne comporte deux étapes, premièrement l'évaluation des pièces (technique) deuxièmement l'exposé de politique générale (politique) . Ils parlent de vote politique. On se demande si les rédacteurs de la Constitution de 1987 n'etaient pas des frustrés, des émotionnels?
Guy
Posté le 10/07/2011 17:22:36
Guerre d'usure! A qui profite le bras de fer? Il y'a le fonds pour la reconstruction dans l'air. Nous souffrons une crise de blanc. Blanc de première, deuxième et troisième classe. Quelle est la classe qui marche avec Martelly, avec le parlement, et finallement avec l'opposition? Républicain, Démocrate, la France, Santo Domingo, Caracas, L'ONU. Le peuple ignore vos petits jeux mesquins. Travaillons pour la cause commune avec un éelan de patriotisme des deux côtés. Pep la bezwen resilta lap gen pou bay kane anko gen lot eleksyon kap vini ba bliye sa.
Nehry
Posté le 10/07/2011 13:27:59
@Leonidas -- Franchman vieux frère ce n'est qu'une vaste comédie... Pèp la nan tintin, potanta menm ap boloze. pandan se tan tout moun konnen sa bagay la ye aklè. Peut importe le nom ou l'appartenance du Premier Ministre, INITE-GPR ne demandent que 2 garanties : Impunité (Faire silence sur le passé 2006-2011) et continuité (Le manger du gâteau si délicieux que sont les Fonds du Trésor public) Oh Ayiti... Quand donc seras-tu enfin libérée de la griffe de ces vautours!
franco
Posté le 10/07/2011 09:58:32
Comme tous les parlementaires, Monsieur Martelly dispose du pouvoir dont il ne doit pas trop abuser. Il en dispose pour appliquer, faire accepter, faire exécuter ou imposer - fût-ce par la force - des décisions d’ordre physique, moral, intellectuel ou psychologique, à un ou plusieurs individus ou groupes d’individus. Ce n'est pas juste de penser à faire sortir un rouleau compresseur des deux cotés pour obliger ou non les parlementaires à accepter le choix du Premier Ministre désigné par le Président de la République. Mais la Constitution n'a pas donné un délai au Président ni aux deux branches du parlement pour ratifier ce choix non plus. Mais, il faut éviter une chose, qui peut moins peut plus. Si on perd deux mois de gouvernance on pourra en perdre davantange et le temps ne va pas jouer en faveur des parlementaires ni du Président qui sont appelés à participer ou à envoyer des candiadts aux élections pour les dix sièges du Sénat en novembre prochain. Cela va basculer la tendance. Pourquoi les Sénateurs sortants refusent de participer aujourd'hui à la formation du gouvernement avant leur départ en novembre prochain. Il est difficile de battre quelqu'un aux élections en Haiti quand il est au pouvoir. René Preval (1996), Jean Bertrand Aristide Lavalas en 2001. La crainte de l'autre conduit a trop de préjugés. Il vous faut surmonter les obstacles mettre sur la tables les différents se repentir pour aller de l'avant. A bon entendeur salut!
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n