Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - PNH en action : 6 membres d’un gang arrêtés

iciHaïti - FLASH Invitation : (J-1), Grande journée familiale «Les jardins d'Odette Roy Fombrun»

iciHaïti - Championnat des Caraïbes : Le Violette A.C. en finale

iciHaïti - PNH en action : Arrestation de «Yòyò», un redoutable bandit

iciHaïti - Sécurité : La PNH déjoue une tentative d'enlèvement


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #792

Haïti - Taïwan : 2,6 millions pour un projet de relance économique et d’autonomisation des femmes en Haïti

Haïti - Économie : Le P.M. promeut l'entrepreneuriat féminin (Vidéo)

Haïti - FLASH : Modèles d’examens de 9e AF et calendrier des épreuves (2022)


+ de nouvelles



Haïti - Éducation : Lettre ouverte du Dr Josette Bijou au Président Michel Martelly
06/08/2011 13:21:19

Haïti - Éducation : Lettre ouverte du Dr Josette Bijou au Président Michel Martelly
Le Dr Josette Bijou, ex candidate indépendante aux dernières élections présidentielles (1%), ex-membre du Groupe des 12, qui revendiquait l’annulation des élection frauduleuses du 28 novembre 2010, avant d’abandonner la lutte, pour endosser la candidature de Michel Martelly aux élections du 20 mars écrit une lettre ouverte au Président.

Dans un « cri du cœur » le Dr Bijou, fortement engagée dans la promotion de l’éducation pour tous, envoie ses réflexions et suggestions au Chef de l’État pour tenter de faire, de la prochaine rentrée scolaire un succès...

« Monsieur le Président, s’il est vrai que la santé est le moteur du développement, l’éducation est la clef qui ouvre la porte du développement. En ma qualité de citoyenne engagée, de femme politique, de chrétienne, j’avais fait mienne votre idée de faire de l’éducation la première priorité de votre agenda politique. Aussi, après des réflexions profondes, j’avais accepté d’abandonner la lutte pour l’annulation de la mascarade du 28 novembre, pour endosser votre candidature aux élections du 20 mars. Comme je n’ai jamais manqué de vous le dire, cette décision se justifiait par mon grand désir et mon devoir d’accompagner le peuple haïtien, en particulier mes partisans et sympathisants et vous permettre de réussir votre mandat pour le plus grand bien de ce peuple, particulièrement les plus faibles et les exclus.

Aujourd’hui Monsieur le Président, préoccupée par la situation économique de mon pays, je me vois dans l’obligation de me faire le porte parole des centaines de milliers de parents et d’enfants, qui, chaque jour sollicitent mon intervention d’une manière ou d’une autre sur la question de la prochaine rentrée scolaire. Je m’excuse si, trop proche des exclus et des couches défavorisées du pays, je me trouve dans l’impossibilité de vous dire comme beaucoup d’autres :  « Vous êtes sur la bonne voie. »

Monsieur le Président, encore une fois, je vous le répète  je veux votre réussite, car, ce sera la réussite du pays et celle de la démocratie. L’heure ne peut être à la flatterie, nous devons dire la vérité comme elle est, c’est la voie réelle du succès. Nos intérêts sont et doivent être les mêmes. Nous avons un pays à sauver, un peuple à sortir de la misère. Je sais que vous êtes un croyant.  Si Dieu nous recommande la pauvreté, il condamne par contre la misère. Rappelez vous bien la Bible, Jésus Christ a non seulement enseigné à ses disciples, il a nourri les  affamés, il a guéri les malades et les estropiés. Aujourd’hui il nous commande de refaire ces mêmes gestes.  Nous serons jugés sur notre attitude vis-à-vis de la misère  du peuple haïtien.

La prochaine rentrée scolaire sera votre plus grand test. Il faudra la réussir. Cela n’a rien à voir avec un Gouvernement démissionnaire et/ou  un nouveau Gouvernement qui tarde à venir. La rentrée des classes ne peut pas attendre. Déjà, il est même  trop tard pour parler de réouverture en septembre.

De plus, Excellence, il est grand et noble de parler des enfants des rues, qui méritent toute notre attention par une prise en charge intégrale. Mais évitons toute attitude démagogique. Je vous suggère de vous pencher également en bon père de famille, en Chef, d’un État appauvri par diverses catastrophes : inondations, incendies, séisme, épidémie, sur le sort des enfants déjà scolarisés, qui, pour des raisons économiques ne pourront pas reprendre le chemin de l’école en septembre prochain.

A vous dire vrai, ils sont légions. J’ai été contacté par des directeurs d’école à but non lucratif, qui se demandent, s’ils ne vont pas fermer « boutique » en septembre. Alors qu’il y a un déficit de salles de classes dans le pays.

Monsieur le Président, je sais que vous avez dans vos rangs des personnes bien avisées  dans le domaine de l’éducation. Toutefois, je prends la liberté de vous faire les recommandations suivantes :

  • Faire une évaluation de la situation financière au niveau des écoles privées congréganistes  et laïques, sur toute l’étendue du territoire national,
  • Envisager comment aider ces écoles et les parents des élèves en difficulté financière,
  • Au niveau des écoles nationales supprimer au moins pour cette année les frais scolaires, en attendant un vrai débat sur la question de l’éducation
  • Évaluer avec le MENFP la situation des enfants de la 6è année fondamentale qui n’ont pas pu participer aux examens officiels pour des raisons financières (impossibilité de retirer leur fiche). Si le nombre est important, solliciter une reprise de ces examens.
  • Garantir comme par le passé la subvention des livres et du matériel scolaire pour les neuf (9) années du fondamental
  • Fournir au moins deux (2) uniformes à chaque enfant des écoles nationales
  • Résoudre le problème des arriérés de salaire des professeurs
  • Faire fonctionner les cantines scolaires dans les écoles publiques et les écoles privées non lucratives si possible.
  • Former une commission spéciale pour étudier, planifier et mettre en œuvre le programme de scolarisation des enfants de rues

Votre équipe doit se mettre au travail rapidement, septembre c’est demain, si nécessaire élargir le cadre sur d’autres personnes qui connaissent la situation et qui sont proches des couches défavorisées. Actuellement les enfants de la classe aisée du pays, en majorité, fréquentent une école internationale ou sont envoyés à l’étranger. C’est la réalité, ne vous illusionnez pas.

Espérant que ces quelques réflexions et suggestions trouveront une oreille attentive, je vous remercie bien sincèrement Monsieur le Président, au nom des parents et des enfants qui comptent sur mon intervention pour reprendre le chemin des classes cette année.

Je vous prie Excellence, de recevoir avec mes remerciements mes patriotiques salutations. »


Dr. Josette BIJOU M.D. - 6 août 2011

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-1307-haiti-elections-qui-est-josette-bijou.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Toussaint mauge
Posté le 16/09/2011 11:54:03
C'est vraiment drôle de parler de l'éducation en Haiti, car notre chère patrie a tant besoin d'une tête pensante comme vous chère madame. Congratulations, et continuez! Nous ne savons même pas à quel Saint nous vouer à ce sujet. Merci
em
Posté le 08/08/2011 18:49:43
Dr Josette Bijou, vos conseils prodigués au Président de la République méritent des félicitations. Ce cri du coeur si profond ne saurait laisser indifférents ceux qui se disent intéressés aux problèmes éducatifs de ce pays. Cependant vos différents points de suggestion se limitent a la rentrée scolaire dans ce système vieux de «depuis la réforme Bernard». Il est évident qu'aucun changement ne peut-être envisagé pour cette rentrée, déjà imminente, même avec un recul possible pour le mois de septembre, mais il faut y penser dès maintenant. Ainsi j'aurais renforcé vos 9 points d'une réévaluation du système éducatif actuel. Ce qui nous permettrait de trouver un moyen plus adapté, tant coutumier que culturel, de former nos élèves ce, suivant les besoins du pays en quête de ressources intellectuelles. La concurrence nous dépasse largement dans notre région. Oui, il faut que les enfants aillent a l'école, mais «quelle école pour quel pays?» ou, dans un champs plus large, pour quel monde?
sjj
Posté le 08/08/2011 11:30:43
Félicitations Docteur pour vos précieux conseils qui pouront bien aider notre pays comme vous dites s'il y a au moins une oreille attentive et j'ajoute bien placée qui les écoute. Vous avez parlé de la suppression des frais scolaires dans les écoles nationales qui est une bonne idée, mais qu'en est-il pour les écoles privées? Qui, je ne sais pas sur quoi les responsables de ses dites écoles se sont basés pour fixer les frais d'entré. Il n'est pas possible pour tout le monde de trouver une place dans les écoles nationales alors il faut aussi penser à contrôler les écoles privées au moins à ce niveau en attendant que le MENFP trouve une manière de cesser l'accroissement de certaines boites appellées écoles et qui malheureusement n'ont aucun trait de ressemblance avec une école.
Pilboro
Posté le 08/08/2011 10:28:08
J'aimerai ajouter quelques propositions a celles émises par Mme Bijou. Étant donné qu'il y a une échéance avec la rentrée des classes en Septembre, la proposition du Gouvernement de Mr Martelly «éducation gratuite» ne saurait être que transitoire. Le problème haitien doit être résolu a un niveau plus élevé. Mr Martelly doit concevoir une grande initiative nationale pour la réduction de la pauvreté en Haiti. Au Brésil, le Gouvernement de Mr Lula da Silva avait institué au commencement de son mandat un programme d'écolage gratuit. Initialement il fut un echec car les parents pauvres avaient besoin de l'argent qu'apportait toute la famille, enfant mineur y compris, pour balancer leur budget. Ce n'est qu'après une réévaluation des données que l'équipe au pouvoir a adopté une nouvelle stratégie qui va assurer le succès du programme: «Bolsa Familia». Il faut concevoir la jeunesse comme une richesse naturelle qui initialement doit bénéficier d'un investissement pour récolter ultérieurement les bénéfices. Les parents nécessiteux recoivent du Gouvernement un minimum d'incentif financier par enfant par mois, moyennement que les enfants soient dans les classes régulièrement. Pour nous en Haiti on pourrait commencer le programme dans les milieux ruraux pour la décentralisation et limiter l'incentif a 3 enfants moyennement que les parents acceptent de participer dans un programme pour la limitation des naissances. (Serge Fouche Waltham Ma)
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2022
Haitilibre.com -n