Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - Hebdo-Route : 26 accidents au moins 91 victimes

iciHaïti - FLASH : 1,000 Gdes le gallon de carburant au marché noir (Calendrier des arrivages)

iciHaïti - Petit-Goâve : Journée de tension

iciHaïti - OFNAC : L'aviation civile en Haïti progresse

iciHaïti - Politique : Note de démenti de la Primature


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #578

Haïti - Environnement : L’UEH reçoit 3 millions pour la recherche scientifique sur la gestion des déchets solides

Haïti - Économie : La subvention du carburant va coûter plus de 30 milliards à l’État (2021-2022)

Haïti - Insécurité : Le pays paralysé par un arrêt de travail général du transport public


+ de nouvelles



Haïti - Prisons : Passer de l'inhumain à l'humain
25/06/2010 11:20:37

« Avant le séisme, la situation humanitaire dans les lieux de détention était déjà extrêmement difficile avant le séisme, à cause d'une surpopulation qui pouvait dépasser jusqu'à six fois la capacité officielle de certains établissements. En outre, le contact des détenus avec leur famille n'était pas systématique, or le rôle des familles est essentiel, non seulement parce qu'elles apportent souvent un soutien matériel aux détenus, (nourriture et des produits d'hygiène), mais également parce qu'elles représentent un soutien moral important. L'accès difficile aux soins médicaux ainsi qu'une détention préventive de longue durée pour un grand nombre de détenus [NdHL - dont la plupart sans jugement ou chef d’accusation] contribuaient à aggraver la situation » explique Sandra Dessimoz, chef adjointe de la délégation du Comité International de la Croix-Rouge (CICR).

La prison civile de Port-au-Prince est la plus importante en Haïti. La veille du séisme, elle hébergeait près de la moitié de la population carcérale du pays, soit plus de 4 000 détenus. Tous se sont évadés à la faveur de la catastrophe et l'établissement a subi des dégâts matériels importants. Une partie seulement de la prison a pu être réhabilitée pour accueillir les détenus de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. En mai, la population de cet établissement pénitentiaire s'élevait déjà à plus de1 000 détenus.

« Les autorités font face à des défis permanents, elles sont conscientes des difficultés et de l'inadéquation des infrastructures et des services de base à la disposition des détenus. Avec le soutien international, elles tentent de trouver des solutions concrètes et travaillent pour développer les compétences du personnel » précise Sandra Dessimoz.

« Il est urgent que les autorités terminent la réhabilitation de nouveaux espaces pour permettre aux détenus de sortir à l'air libre et contribuer ainsi à diminuer les tensions entre eux. Actuellement, les détenus vivent dans des conditions indignes, la majorité d'entre eux étant contraints de dormir assis, voire debout dans des espaces extrêmement réduits, ce qui à terme entraîne des effets graves sur leur santé. La surpopulation et la gestion de la sécurité à l'intérieur des établissements limitent de manière drastique les possibilités qu'ont les détenus d'avoir accès à l'air libre et de compenser ainsi les effets des conditions de vie difficiles dans les cellules » poursuit-elle.

Sandra Dessimoz précise que « Les délégués du CICR se sont vus assurés en tout temps un accès direct à toutes les personnes privées de liberté dans leur cellule [...] Pendant leurs visites, les délégués ont la possibilité de discuter face à face et de manière confidentielle avec les détenus. Ceci leur donne une connaissance plus approfondie des problèmes [...] L'aide que fournit le CICR dépend des besoins observés. Par exemple, après le séisme, nous avons apporté une assistance d'urgence de 40 tonnes de nourriture, des médicaments et des produits d'hygiène pour les détenus. Nous avons aussi réhabilité le seul quartier de détention fonctionnel de la prison de Port-au-Prince, afin d'y garantir l'accès à l'eau et des conditions d'hygiène minimales. Nous soutenons également la gestion administrative des services de santé. Le CICR espère ainsi contribuer à rendre dignes les conditions, aujourd'hui très difficiles, des personnes détenues en Haïti »

Pour en savoir plus sur les prisons lire nos articles :
https://www.haitilibre.com/article-212-haiti-prison-retour-au-moyen-age.html
https://www.haitilibre.com/article-287-haiti-justice-detentions-preventives-tres-abusives.html
https://www.haitilibre.com/article-160-haiti-prisons-les-detenus-ne-sont-pas-consideres-comme-des-humains.html
https://www.haitilibre.com/article-309-haiti-justice-revisions-des-cas-de-detentions-preventives.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n