iciHaïti - Championnat de D1 : 18 Clubs en compétition cette année, calendrier d’ouverture

iciHaïti - ONA : Faux bénéficiaires, vrai désordre !

iciHaïti - Japon : Cérémonie officielle de réception d’un don de 6,396 tonnes de riz

iciHaïti - Cap-Haïtien : Félicitations de la Mairie pour la réussite du 3e jour gras du carnaval 2020

iciHaïti - PNH : Changement de Directeur Départemental de l’Ouest


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Politique : Deux projets d’électrification et de gestion des déchets financés par le Japon

Haïti - Sécurité : Saisie de plus de 100 kg de marijuana à Belladère

Haïti - Politique : Dialogue entre la PNH et les responsables du syndicat non reconnu

Haïti - Coupe du Monde U-20 : 3 matchs, 3 victoires, nos Grenadières entrent en 8ème de finale


+ de nouvelles



Haïti - Social : Salaire minimum, des patrons paieraient moins que prévu...
19/10/2012 12:14:12

Haïti - Social : Salaire minimum, des patrons paieraient moins que prévu...
Jeudi, Evel Fanfan, Directeur Exécutif de l’AUMODH (Actions des Unités Motivées pour une Haïti de Droit) affirme que la loi sur l’augmentation du salaire minimum, entrée en vigueur le 1er octobre, n’a pas été respectée, soulignant que l’article 2.2 était pourtant très clair : les travailleurs à la pièce doivent gagner un minimum de 300 gourdes par jour et 200 gourdes pour les travailleurs du secteur du textile. Pour M. Fanfan « Il n’est pas question de mauvaise interprétation de la loi sur le salaire minimum [...] c’est de la mauvaise foi de la part de certains patrons, qui paient moins, que ce que la loi prévoit [...] »

Pourtant fin septembre, Georges Sassine, le Directeur Général de la Société Nationale des Parcs Industriels (SONAPI) avait tenu à préciser le montant du salaire et la catégorie de travailleurs concernés par cette loi, afin d’éviter certaines fausses interprétation, comme cela semble être malheureusement le cas aujourd’hui. Il avait alors déclaré « [...] j'attire l'attention de tous, sur le fait que la loi met le salaire minimum à 200 gourdes, pas à 300 gourdes comme on se plait à le dire. Les 300 gourdes concernent seulement les ouvriers qui sont à la pièces, qui peuvent atteindre 300 gourdes, c'est-à-dire, que le tarif payé doit leur permettre d'arriver à 300 gourdes [...] ce que je veux souligner, c'est que cette loi ne vise que 28,000 personnes qui travaillent dans la sous-traitance, mais les autres, il me semble, ne sont pas concerné [par le montant de 300 Gourdes] »

Par ailleurs, Josépha Raymond Gauthier, la Ministre des Affaires sociales et du Travail, a répondu aux questions de la Commission sénatoriale des Droits humains et anti corruption, sur l’augmentation du salaire minimum et son respect à compter du 1 octobre 2012 « Nous avons écrit à tous les patrons, depuis le 31 août, pour leur rappeler le salaire minimum à partir du 1er octobre », a-t-elle affirmé devant la Commission.

Répondant à une question du Sénateur Steven Benoit sur le fait que le Conseil supérieur des salaires n’avait toujours pas été mise en place, la Ministre, qui a déploré l’inaction des Gouvernements précédents sur cette question, a promis que ce point serait à l’ordre du jour au prochain Conseil des ministres précisant « Nous allons écrire au patronat et au secteur syndical pour leur demander de désigner leurs représentants afin de former ce Conseil [...] Nos trois représentants, ont été déjà choisis. Il ne reste qu’à nommer les 6 autres membres pour que l’institution soit complète [...] »

Au sortir de cette réunion, le Sénateur Benoit s’est dit insatisfait des réponses de la Ministre, continuant d’exiger 300 gourdes par jour pour tous les ouvriers. La Ministre Gauthier, devra à nouveau se présenter devant la Commission le 20 octobre prochain.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-6728-haiti-economie-reactions-au-salaire-minimum.html
https://www.haitilibre.com/article-6645-haiti-economie-le-salaire-minimum-passe-a-300-gourdes-le-1er-octobre-2012.html

HL/ S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Maksim Grakis
Posté le 19/10/2012 16:56:15
S'il y a des patrons qui ne respectent pas la loi sur le salaire minimum, le gouvernement est seul responsable. Et d'ailleurs, concernant le « salaire minimum » nous n'en sommes plus à une question de 300 gourdes. Soyons sérieux! Les conjonctures socio-économiques qui ont été à l'origine de la « crise des salaires», il y a 2 ans, sont aujourd'hui dépassées. Nous devrons bientôt plaider pour un salaire minimum en fonction des conditions présentes. Le coût de la vie a augmenté considérablemnt; cela est dû principalement à la présence continue des troupes étrangères dans le pays et aussi à l'influx démusuré de millier d'expatriés venus grossir les rangs des ONG [hors sujet] Nous prions tous les membres du parlement, d'œuvrer en faveur de la population en commençant à négocier dès maintenant, pour un salaire supérieur à 300 gourdes par jour.
Ania
Posté le 19/10/2012 16:25:06
Stevens Benoit ne sera jamais satisfait. Il est insatisfait dans l'âme! la réponse de la Ministre a été pourtant tres claire. Stevens est satisfait que des ses propres frasques.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n