Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - PNH : Arrestation d'un membre du gang de Canaan

iciHaïti - Bahamas : Suivi du dossier des 17 victimes décédées du naufrage

iciHaïti - PNH : Arrestation de 2 membres de «400 Mawozo»

iciHaïti - Belladère : 3 malfaiteurs arrêtés

iciHaïti - Social : Journée Internationale de la Jeunesse


+ de nouvelles


Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #880

Haïti - Culture : 3ème Édition du Concours National de Dissertation, inscriptions ouvertes

Haïti - Cité-Soleil : Récits terrifiants de 52 femmes et filles victimes de viols collectifs (enquête)

Haïti - FLASH : Résultats détaillés du bac unique (2021-2022) pour 4 départements (par siège, école, série et matière)

Haïti - Actualité : Zapping...


+ de nouvelles



Haïti - Reconstruction : IV - La gestion intégrée des bassins versants
19/08/2010 06:15:12

Haïti - Reconstruction : IV - La gestion intégrée des bassins versants
Le plan de reconstruction d’Haïti qui a servi de document de référence aux bailleurs de fonds internationaux a été élaboré à partir d’objectifs et de stratégies territoriales en vue de la reconstruction définies par le Comité Interministériel d'Aménagement du Territoire (CIAT). Ce sont certains de ces objectifs et stratégies territoriales du gouvernement haïtien que nous vous proposons de découvrir dans une série d’articles. Ce 4ème volet, traite de la gestion intégrée des bassins versants.

Le terme « gestion des bassins versants » est un concept qui a beaucoup évolué au fil du temps. D’un sujet technique, il est devenu tout un programme avec de multiples facettes visant à créer une cogestion de la ressource. L’idée de base est que les arbres jouent un rôle fondamental dans la conservation des sols, la préservation des ressources en eau et des écosystèmes. Pour cette raison, le reboisement ne peut avoir de véritables impacts s’il n’est pas inséré dans un plan de développement économique et social et si des dispositions ne sont pas prises pour remplacer le bois de feu, le charbon de bois et le bois de construction par des matériaux de substitution. Dans ce pays, où 80% du territoire est situé dans des zones à forte pente, les mauvaises pratiques culturales créent des dégâts considérables en faisant disparaître la terre végétale, aggravant ainsi le risque en milieu urbain. Les dégâts annuels tous risques confondus sont évalués à 1,6 milliard USD.

Inscrire la politique des bassins versants dans une vision ambitieuse en termes d’aménagement du territoire.
Pour casser cette spirale, le bassin versant doit faire l’objet d’un traitement autour de certaines filières agricoles comme le café, le cacao, la plantation d’arbres fruitiers pour créer de nouvelles richesses. Ces projets doivent impérativement être adossés à un plan de gestion piloté par des structures locales (organismes de bassin). Ce processus demandera une durée de 10 ans pour être durablement installé.

Traiter comme priorité absolue la question de l'énergie domestique pour en finir avec la déforestation.
Pour faire de la gestion et de l’aménagement des bassins versants le symbole de la restauration du territoire, deux mesures complémentaires méritent d’être inscrites dans le programme de reconstruction :

Faire baisser la valeur des arbres coupés en mettant à la disposition de 700 000 familles des équipements de cuisson alimentées au gaz propane; parallèlement les installations des boulangeries, distilleries et blanchisseries doivent être modifiées. Ce programme devrait être achevé à la fin de la période de « l’urgence transitionnelle » et bénéficier de crédits liés à la reconstruction du pays. Aucune politique de reboisement n’est durable sans une politique ambitieuse en matière d’énergie.

Trois parcs nationaux mis sous l'autorité des plus hautes instances de l'État.
Modifier la politique de protection des zones naturelles. Les zones protégées actuelles doivent être sanctuarisées et gardées par une police environnementale. Mais cette mesure doit être amplifiée pour marquer les esprits par la mise en place de trois grands parcs nationaux sur le modèle de la République Dominicaine.

Ces parcs englobent les plus beaux paysages au Nord et au Sud du pays et donnent un signe fort sur la volonté de reconstruire le système naturel du pays. Dans l’attente d’une réforme des structures de l’Etat, ces trois grands parcs devraient être directement rattachés aux plus hautes autorités de l’Etat.

L’URGENCE VITALE

  • Les grandes annonces en matière environnementale
  • Importation de charbon et de bois de construction
  • Substitution des équipements de cuisson dans des maisons endommagées
  • Utilisation d’une partie de Cash for Work pour des travaux environnementaux d’urgence
  • Sanctuarisation des zones protégées en créant une police environnementale.

L’URGENCE TRANSITIONNELLE

  • Institution de droits de propriété indiscutables
  • Mise en place du programme national de substitution au charbon de bois
  • Renforcement des structures publiques en matière d’agriculture et d’environnement
  • Traitement des bassins versants prioritaires
  • Campagne de sensibilisation de l’importance du reboisement.
  • Lancement du système éducatif à tous les niveaux
  • Études de programmation de trois grands parcs nationaux.
  • Mise en plan de pépinières et production de plantules

LES PROJETS STRUCTURANTS

  • Traitement des bassins versants liés aux parcs nationaux.
  • Développement d’une industrie du tourisme dans les zones protégées.
  • Protection des ouvrages issus du programme de reconstruction
  • Mise en place des structures de gouvernance décentralisées des zones traitées.
  • Mise en place progressive des parcs nationaux sous l’égide des plus hautes instances de l'Etat.

LE TEMPS GÉNÉRATIONNEL

  • Atteindre un niveau de boisement identique à la République Dominicaine : 50%
  • Faire de l’activité agricole une économie prospère.
  • Atteindre un niveau de développement permettant de réduire très sensiblement la vulnérabilité du pays aux phénomènes naturels.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-931-haiti-reconstruction-i-les-cites-en-reseau.html
https://www.haitilibre.com/article-937-haiti-reconstruction-ii-decentralisation-et-solidarites-regionales.html
https://www.haitilibre.com/article-941-haiti-reconstruction-iii-les-ports-et-aeroports.html

HL/ CIAT

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


18juin
Posté le 20/08/2010 04:42:24
Cette partie de la reconstruction est une priorité absolue et doit s'intégrer dans la durée. Il existe déjà une police écologique mal utilisée, quid des gardes forestiers existants eux aussi? Il y a des structures comme l'organisme qui chapeaute l'Artibonite, prendre garde d'abord d'avoir des services extérieurs agricoles mieux étoffés qu'actuellement et établir un plan de remise en état des bassins versants avec des représentants paysans. Le cadastre est le grand absent. Quid des gisements de lignite qui pourraient donner des briquettes combustibles. Cette partie du plan de reconstruction mérite d'être affinée et popularisée, voir amendée par la population.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2022
Haitilibre.com -n