iciHaïti - Covid-19 : Détérioration attendue de la situation de la sécurité alimentaire

iciHaïti - Environnement : «Nos solutions sont dans la nature»

iciHaïti - Politique : Visioconférence entre Jovenel Moïse et Danilo Medina

iciHaïti - OIM : Formation sur la gestion des cas de migrants vulnérables face au Covid-19

iciHaïti - Covid-19 : 20,000 masques pour les associations culturelles


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 24 mai 2020

Haïti - Abus sexuel : Le journal «The Guardian» récidive, la Fédération de Football dénonce

Haïti - Petit-Goâve : Arrestation de 18 membres du Foyer Spirituel des Consciences Unies

Haïti - FLASH : 53 nouveaux cas et 136 cas suspects en 24 heures


+ de nouvelles



Haïti - Politique : Dépôt aujourd’hui du dossier de Bernard Gousse...
12/07/2011 11:55:46

Haïti - Politique : Dépôt aujourd’hui du dossier de Bernard Gousse...
Bernard Gousse, le Premier Ministre désigné, devrait déposer son dossier de candidature ce mardi au bureau du Sénat pour être examiné par une commission formée les Sénateurs : Lucas François Sainvil, Nènel Cassy, Yvon Buissereth, Wencesclass Lambert, Edwin Zenny, Francisco Dalacruz, Jean-Baptiste Bien-Aimé, Jean William Jeanty (Président de la Commission) et Jean Willy Jean-Baptiste).

Rodolphe Joazile, le Président du Sénat confirme avoir bien reçu la correspondance des 16 Sénateurs hostiles à la candidature du Premier Ministre désigné, soulignant que cette déclaration politique qui n’engage que les Sénateurs concernés, n’a aucune portée légale et ne peut en aucun cas suspendre le processus de ratification en cours.

Il rappelle aux Sénateurs que le bureau du Sénat, dans la perspective de remplir ses obligations légales, « ne peut soumettre les parlementaires à aucune décision anticipée ». La seule possibilité offerte maintenant à Bernard Gousse est de tenter une ultime négociation avec les forces politiques au Sénat pour tenter de convaincre certains Sénateurs de changer d’avis.

Si la position du groupe majoritaire et de ses alliés demeure inchangée, les chances de ratification du Premier Ministre désigné sont nulles. Selon Pierre Robert Auguste, Coordonnateur de la Génération du Changement Global (GCG), le pays pourrait faire face à une grave crise si l’Exécutif et le Parlement, poursuivent sur la voie de l’intransigeance.

Grégory Mayard Paul, le Conseiller spécial du Président espère toujours que les Parlementaires vont se reprendre et rappelle que «...le Président, avant de désigner Bernard Gousse a fait des consultations, son équipe mise en place, a fait des réunions, des consultations pour pouvoir s'assurer que M. Bernard Gousse sera bel et bien ratifié. Aujourd'hui, nous sommes en face d'une certaine lettre... ou d'une certaine je ne sais plus quoi... qu'on prétend être une pétition, qui aurait été signé par 16 parlementaires. [...] Ceci laisse planer une certaine prédisposition à rejeter [le Premier Ministre désigné], sur des critères personnels, sans penser au pays, sans penser à la Constitution, sans penser à l'intérêt commun. J’espère quand même, je veux croire, je souhaite, que les parlementaires vont se reprendre et qu'ils verront que ceci ne peut pas ce faire de cette manière, car il ne faut pas fouler aux pieds les textes constitutionnels... »

Chez les Sénateurs chacun semble bien décidé à rester sur leurs positions. Des voix s’élèvent pour condamner la résolution politique des parlementaires avant l’examen du dossier, comme le professeur Sauveur Pierre Etienne qui insiste sur le caractère illégal de la démarche. Si certains Sénateurs, comme entre autres : Jean-Baptiste Bien-Aimé, Moïse Jean-Charles, Evallière Beauplan prônent l’intransigeance et le rejet du Premier Ministre désigné, d’autres comme les Sénateurs Francisco Delacruz, Andris Riché et Edwin Zenny croient toujours dans la ratification possible de Bernard Gousse.

Pour sa part, le Sénateur Andris Riché (ALTENATIV), favorable au Premier Ministre désigné, espère que le Chef de l’État va défendre fermement son choix «...je crois que dans ce pays, nous avons besoin d'un minimum de respect pour des personnes qui font des efforts, des personnes qui sont allées à l'école, des personnes qui aimeraient que cette société marche dans une certaine droiture. Je ne crois pas que des intellectuels, comme les Sénateurs, peuvent prendre des positions comme ça, sans donner une chance à la personne, ou encore l'écouter.

D'ailleurs, le dépôt des pièces ça veut dire quoi ? Quelqu'un vient déposer ses pièces et si ces pièces sont conformes, il doit être ratifier. De plus, il est nécessaire d'attendre la présentation de la Politique Générale. La démarche pour moi doit continuer et j'espère que M. Martelly ne va pas prendre la même position qu'il avait prit avec M. Rouzier et qu'il va prendre une position pour que Gousse soit défendu. Le pays a besoin d'un Gouvernement et ceci le plus rapidement possible, j'encourage les Sénateurs a avancer, ce qui sera bon à la fois pour l'insitution dans laquelle nous évoluons, pour eux et pour le pays... »


Sauf qu’il ne faut pas oublier, qu’il suffit de quelques allégations même non fondées, pour justifier un vote de rejet, comme ce fut le cas, avec la candidature précédente de Daniel Gérard Rouzier...

Le Sénateur Evallière Beauplan (PONT) et plusieurs de ses collègues demeurent intransigeant «...il y a 16 sénateur qui ont dit qu'il n'aime pas ce profil [...] nous n’allons donner un vote sur quelque chose qui fait perdre du temps, pour pouvoir gagner du temps nous avons dit publiquement quelle vote nous allons donner, donc si le Président ne veut pas perdre de temps, il va changer et envoyer un autre profil [...] peu importe la nature des pièces de Bernard Gousse, je ne voterai pas en sa faveur. Je voterai suivant ma conviction » affirme le Sénateur Beauplan.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-3344-haiti-politique-reponse-du-president-martelly-aux-senateurs-contestataires.html
https://www.haitilibre.com/article-3340-haiti-politique-rejet-du-premier-ministre-designe-par-anticipation.html
https://www.haitilibre.com/article-3322-haiti-politique-rien-n-est-joue-pour-le-premier-ministre-designe-bernard-gousse.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


franco
Posté le 13/07/2011 12:45:48
De toutes les facons Anacacis et Privert sont deux principaux éléments qui peuvent jouer pour un changement de point de vue de la part des Sénateurs. J'ai entendu leur déclaration ce matin, ils ont un discours adapté à la realité politique. Le Président doit travailler la négociation et utiliser les différents couloirs pour obtenir le résultat escompté. On a besoin de la maturité et aussi beaucoup de courage . Bonne chance a Monsieur Gousse .
Champagne
Posté le 12/07/2011 21:38:37
@Patat -- Sekrè ki guin nan kite bagay yo gate'a Prezidan Martelly jwen ni tou. Patience mon ami, t'en fais pas ce ptit probleme va etre resolu d'ici dans 2 mois (Élections législatives 99 députes, 30 Sénateurs et municipales). Car le Président Martelly s'est lui aussi procuré des livres que lisait le Président Preval.
Benn
Posté le 12/07/2011 21:23:46
Il est vrai que certain dit et pense qu'on est en pleine crise a cause du carcan qui se présente avec le Parlement mais nous on pense qu'il faut ce baser sur des document, des fait avant de réagir. Ce que tout intellectuels auraient dit car tout ce qui produit a une cause.
patat
Posté le 12/07/2011 20:01:54
Dommage pour la Nation, il faut penser au pays. Le Président a un dernier choix, envoyer un autre homme crédible. Ils étaient deux candidats à monter sur le devant d'un camion pour manifester contre une élection. Il (le Président) peut user de stratégie en choisissant ce leader de parti politique crédible et si ces élus utilisent encore la stratégie anticonstitutionnelle Michel Martelly, s'il veut agir en Chef d'État ayant à coeur cette Nation baignant dans le fond du baril, n'aura qu'une possibilité: diriger sans ce Parlement. Haïti ne doit pas disparaître!
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n