iciHaïti - Sécurité : Les relations entre l’armée dominicaine et la PNH seraient «meilleures que jamais»

iciHaïti - Social : Fin du programme «Kore Lavi»

icHaïti - Social : Bientôt les archives audiovisuelles de la TNH accessibles en ligne

iciHaïti - Religion : Intronisation du nouveau Chef Suprême du vaudou Carl-Henry Desmornes

iciHaïti - Santé : Lutte contre le VIH/SIDA, le Ministère pas vraiment satisfait


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - FLASH : Corruption, au moins 4 diplomates haïtiens sanctionnés aux Bahamas

Haïti - USA : Le Département d’État reconnait des progrès sur la transparence des finances d’Haïti MAIS...

Haïti - Éducation : Résultats des examens 9ème AF, pour 9 départements

Haïti - FLASH : Le Député Ronald Étienne blessé dans une Tentative d’Assassinat !


+ de nouvelles



Haïti - Justice : Viols collectifs en Haïti, l'ASFC rappelle les devoirs de l’État
25/05/2019 12:07:52

Haïti - Justice : Viols collectifs en Haïti, l'ASFC rappelle les devoirs de l’État
Depuis une semaine, des médias et certaines organisations dénoncent des viols collectifs perpétrés sur des étudiantes à la sortie de l’Université https://www.haitilibre.com/article-27800-haiti-securite-des-etudiantes-victimes-de-viols-collectifs.html . Face à cette nouvelle forme d’agressions, Avocats Sans Frontières Canada (ASFC) se dit indignée et rappelle à l’État haïtien que la prévention, la protection et la prise en charge des femmes victimes, doivent être l’une des priorités du Gouvernement.

« Les femmes victimes ne devraient pas être contraintes de se taire par peur de représailles ou d’être stigmatisées par l’opinion publique, ou encore par manque de confiance envers le système judiciaire en raison des nombreux cas restés impunis. Tant que l’État ne parviendra pas à garantir une saine prise en charge de ces femmes, la lutte contre ces types de violence ne progressera pas.

La lutte contre la violence faite aux femmes est un défi auquel chaque société doit faire face. Il revient aux États de se donner les moyens pour combattre ce fléau qui affecte la femme dans toute son intégrité physique et psychique, mais aussi son entourage »
affirme Me Pascal Paradis, Directeur Général d’ASFC,.

ASFC réitère les recommandations faites à l’État Haïtien par l’organisation « Kay Fanm », l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) et ASFC lors de leur participation à la 171ème audience de la Cour interaméricaine des droits de l’Homme (CIDH) qui s’est tenue en Bolivie en février 2019. Dans leur mémoire « L’impunité des violences faites aux femmes et aux filles » il demande entre autre à l’État haïtien :

  • Assurer la protection des droits des femmes et de veiller à l’effectivité du droit à la non-discrimination ;
  • Garantir l’indépendance judiciaire et veiller à ce que les femmes victimes de violences puissent avoir accès à des services de justice non discriminatoires et bénéficier d’un procès équitable devant des juges indépendants et impartiaux ;
  • Prendre les mesures nécessaires pour moderniser le cadre normatif de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles ;
  • Mettre en place un système d’information pour la collecte et le traitement des données sur les violences faites aux femmes et aux filles, notamment en prenant en compte les disparités régionales ;
  • Mettre en place des mesures et des infrastructures, notamment des maisons d’hébergements pour femmes victimes de violences, afin d’assurer la protection des femmes et des filles victimes de violences ;
  • Mettre en place des programmes de communication pour sensibiliser la population sur les droits des femmes ainsi que les causes et les conséquences des violences faites aux femmes et aux filles en vue de parvenir à un changement des normes sociales.

Pour ce qui est des violences sexuelles commises contre des étudiantes, la justice doit agir afin de traduire devant les juridictions compétentes toutes les personnes impliquées. Les violences perpétrées sur des femmes et des filles, quel que soit le type ou l’auteur, doivent être punies. Les victimes doivent faire l’objet d’un accompagnement intégré et adapté à chaque situation dans le respect et la dignité conclu ASFC.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-27800-haiti-securite-des-etudiantes-victimes-de-viols-collectifs.html
https://www.haitilibre.com/article-26067-haiti-social-campagne-sur-l-education-sexuelle-les-violences-et-l-union-precoce.html
https://www.haitilibre.com/article-25555-haiti-justice-plus-de-30-viols-de-mineurs-dans-le-centre.html
https://www.icihaiti.com/article-24346-icihaiti-securite-pres-d-un-viol-de-mineur-tous-les-3-jours.html
https://www.haitilibre.com/article-23483-haiti-flash-le-protecteur-du-citoyen-alarme-et-inquiet.html
https://www.haitilibre.com/article-12579-haiti-social-la-violence-de-genre-un-frein-au-developpement-du-pays.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Morane
Posté le 25/05/2019 16:41:13
Viol collectif sur des étudiantes à la sortie de l'Université, ce sont des pratiques qui ont une signature ! [hors sujet] On se met la tête dans le sable et l'on ferme les yeux pour ne pas voir ce qui s'en vient...
Ti ti
Posté le 25/05/2019 16:05:30
C'est difficile dans un pays les moeurs n'évoluent pas depuis presque 215 années d'indépendance, les femmes sont toujours considérées comme des objets sexuels. Le gouvernement haïtien ne peut offrir le minimum à son peuple voire la protection des femmes. Ainsi va le pays.
Elie
Posté le 25/05/2019 15:53:42
Elles vont porter plaintes où ? C'est dans les tribunaux et dans les commissariats qui ont plus de complices... En portant plainte elles risquent leur vie. Liberté, égalité, Fraternité ça n'existe pas chez nous c'est la loi de la jungle... je pense qu'il faut faire un nettoyage et sans pitié pour ces malfrats sans scrupules qui sont eux même sans pitié...
Sasaye
Posté le 25/05/2019 13:38:27
Toutes ces mesures doivent être appliquées par l'Etat, dans l’immédiat. Il faut changer de mentalité. Les dirigeants, eux-mêmes, doivent s'abstenir de telles pratiques.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n