iciHaïti - Humanitaire : Malgré la situation tendue l’aide humanitaire présente sur le terrain

iciHaïti - Cap-Haïtien : Début prochain des travaux de Réhabilitation du Port international

iciHaïti - Taekwondo : Haïti ne participera pas au JO Paris 2024

iciHaïti - Humanitaire : Le PAM va bientôt manquer de stock alimentaire

iciHaïti - Championnat Spécial D1 : Résultats complets des 7 premières journées


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping…

Haïti - Politique : Les États-Unis saluent la création du Conseil Présidentiel de Transition

Haïti - Sécurité : 95,000 personnes ont fui Port-au-Prince en un mois

Haïti - FLASH : Biden débloque 60 millions USD pour la mission dirigée par le Kenya

Haïti - FLASH : Le décret MODIFIÉ de création du Conseil présidentiel publié (officiel)


+ de nouvelles



Haïti - Choléra : Des discours rassurants qui ne correspondent pas à la réalité
11/05/2012 13:46:12

Haïti - Choléra : Des discours rassurants qui ne correspondent pas à la réalité
Le nombre de malades soignés par MSF dans la capitale a quadruplé en moins d’un mois pour atteindre 1,600 cas en avril dernier. Les centres de traitement de Médecins Sans Frontières à Léogâne et à Port-au-Prince ont déjà accru leur capacité de prise en charge tandis que d’autres sites s’apprêtent à rouvrir. L’an dernier, près de 200,000 cas de choléra s’étaient déclarés dans le pays pendant la saison des pluies, entre mai et octobre. On peut également noter que le taux de létalité est en hausse : il était de 2,23 pour 100 cas en 2010, il est supérieur à 3 cette année a souligné Thierry Goffeau, chef de mission de MSF France en Haïti.

Dans plusieurs régions, les structures de santé du Ministère de la Santé et des Populations (MSPP) sont incapables de répondre aux fluctuations saisonnières de l’épidémie. Pour Gaëtan Drossart, Chef de mission MSF : « Trop peu a été fait dans le domaine de l’eau et de l’assainissement pour croire que cela ne va pas recommencer en 2012. Il est inquiétant que les autorités ne soient pas mieux préparées et tiennent des discours rassurants qui ne correspondent pas à la réalité. Il y a beaucoup de réunions entre le gouvernement, les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires mais peu de solutions concrètes. »

Une étude menée par MSF dans le département de l’Artibonite, où environ 20% des cas de choléra du pays ont été répertoriés, révèle en outre une nette diminution des actions susceptibles d’enrayer l’épidémie depuis la fin 2011. Plus de la moitié des intervenants présents l’an dernier ne sont plus là. Dans certains centres de santé, les stocks de médicaments sont vides et une partie du personnel n’a pas reçu de salaires depuis janvier.

Selon Maya Allan, épidémiologiste MSF : « La pluviométrie n’est qu’un des facteurs aggravant le risque de contamination. Mais dès qu’il cesse de pleuvoir, le choléra recule, les financements s’arrêtent et les projets sont interrompus jusqu’à la prochaine saison des pluies au lieu d’être réorientés vers la prévention. Résultat : la population est toujours aussi vulnérable lorsque l’épidémie redémarre. »

D’après une enquête réalisée en avril 2012 par la Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (Dinepa) à l’intérieur des camps où vivent toujours près d’un demi-million de personnes déplacées suite au séisme de janvier 2010, moins du tiers sont encore approvisionnés en eau potable et 1% ont récemment reçu du savon. « A quoi bon faire des recommandations d’hygiène à la population si elle n’est pas en mesure de les appliquer ?, s’interroge Gaëtan Drossart. Il est urgent de donner aux gens les moyens matériels de se prémunir contre le choléra. »

La vaccination peut contribuer au contrôle de la maladie, notamment dans les zones les plus exposées, mais ce n’est pas une solution miracle. L’immunité conférée par le vaccin existant est limitée à 3 ans avec une efficacité estimée à 70%. Seules des réalisations durables dans les domaines de l’eau et de l’assainissement, longues à mettre en place, permettront de vaincre l’épidémie. « Aujourd’hui la priorité est d’abord de sauver des vies, poursuit Gaëtan Drossart, tous les acteurs de santé doivent se mobiliser dans ce sens dès maintenant. »

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-5593-haiti-sante-100-000-litres-de-solutions-iv-pour-l-epidemie-de-cholera-en-haiti.html
https://www.haitilibre.com/article-5532-haiti-sante-les-cas-de-cholera-ont-triple-a-port-au-prince.html
https://www.haitilibre.com/article-5561-haiti-sante-mutation-de-la-souche-de-cholera-en-haiti.html
https://www.haitilibre.com/article-5588-haiti-actualite-quelques-nouvelles-ici-et-la.html
https://www.haitilibre.com/article-5383-haiti-sante-debut-de-la-vaccination-contre-le-cholera-aujourd-hui-en-haiti.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2024
Haitilibre.com -n