iciHaïti - Sécurité : Formation de 100,000 jeunes aux gestes de premiers secours

iciHaïti - Météo : Activités pluvieuses et orageuses

iciHaïti - Sécurité : Un policier abattu à Canaan 70

iciHaïti - Social : La nouvelle CIN peut enfin être utilisée dans les banques

iciHaïti - Sécurité : 25 accidents, 58 victimes de la route


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping…

Haïti - Politique : La majorité au Sénat serait favorable à l’installation du Gouvernement sans ratification…

Haïti - USA : Gary Bodeau invité par le Congrès et le Département d’État

Haïti - Sécurité : La République Dominicaine ferme sa frontière avec Haïti

Haïti - FLASH : Hausse prochaine du prix du diesel...


+ de nouvelles



Haïti - Politique : Le Ministre Hériveaux condamne la correspondance du Sénateur Desras
29/04/2014 09:33:02

Haïti - Politique : Le Ministre Hériveaux condamne la correspondance du Sénateur Desras
Lundi, dans une mise au point, Rudy Hériveaux, le Ministre de la Communication, a déploré et condamné la correspondance du Président du Sénat Dieuseul Simon Desras, adressée au Président Michel Martelly lui demandant de reconsidérer la formation du Conseil Électoral Provisoire (CEP), telle que convenu dans l’accord d’El Rancho.

Le Ministre à souligné que cette correspondance n’était pas une résolution du Sénat et par conséquent, ne saurait engager le grand corps, rappelant que le Président du Sénat avait donné un mandat dûment signé au Sénateur Steven Benoît, de parapher en son nom l’accord d’El Rancho, qui est « le fruit de longues et laborieuses discussions afin de déboucher sur un compromis politique pour organiser des élections dans le pays. »

Évoquant les diverses démarches pour créer un climat propice à la tenue d’élections libres dans le pays, le Ministre Hériveaux a rappelé que le Président du Sénat avait été partie prenante dans la mise sur pied du Collège Transitoire du Conseil Électoral Permanent (CTCEP) après 4 mois d’âpres discussions avec l’Exécutif et le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) sous la médiation de « Religion pour la Paix ». Par conséquent, pour le Ministre « Il est inapproprié et déplacé pour le Président du Sénat, de demander à ce qu’il y ait une autre structure pour organiser des élections […] Combien d’accords et de compromis faudra-t-il au Président du Sénat pour qu’il se décide enfin à respecter ses engagements ? »

Le Ministre rejette l’idée de la formation d’un CEP selon l’article 289 de la Constitution telle que demandé par le Président du Sénat, soulignant que « cette disposition avait été adoptée en 1987 dans un contexte précis qui devait permettre au Conseil National de Gouvernement d’organiser des élections dans le pays à l’époque. »

Tout en invitant le Sénateur Desras à respecter ses engagements dans le cadre de l’accord d’El Rancho, Le Ministre a rappelé, que l’Exécutif, avait respecté et appliqué toutes les dispositions prévues dans cet accord.

Il a dénoncé la position « d’une petite frange au Sénat » qui joue la carte de l’usure et de l’inflexibilité pour faire passer le temps et attribuer ainsi l’impossibilité de l’organisation des prochaines joutes à l’Exécutif. « Il s’agit d’une démarche malsaine et maladroite et le coup ne passera pas. »

Le Ministre Hériveaux a confirmé son plein appui aux membres du Conseil électoral actuel, qui ont le droit de faire leur preuve, en organisant les élections le dernier dimanche du mois d’octobre 2014.

Par ailleurs, les membres de la Commission de suivi de l’accord El Rancho envisagent de rencontrer, séparément les parties concernés. « Nous sommes conscients de la situation actuelle dans l’application de l’accord El Rancho. Certaines parties signataires du document, par exemple l’Exécutif, respectent jusqu’ici leurs engagements. D’autres, comme le pouvoir judiciaire et le Sénat, n’ont rien fait », a fait savoir Jeantel Joseph, réprésentant du Consortium national des Partis politiques, membre de la Commission.

De son côté, Mgr. Patrick Aris, Porte parole de la Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH) devant la situation de blocage au Sénat a indiqué que la médiatrice attendait le rapport de la Commission de suivi « Je ne peux rien dire pour le moment. Nous attendons le rapport de la Commission. »

Parallèlement lundi le Président Martelly a rencontré les Partis Politiques Signataires de l'accord d'El Rancho.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-11032-haiti-politique-la-saga-de-l-accord-el-rancho-continue.html
https://www.haitilibre.com/article-11007-haiti-politique-une-opposition-tres-inventive.html
https://www.haitilibre.com/article-10989-haiti-politique-le-senateur-desras-affirme-que-le-parlement-n-est-pas-lie-a-l-accord-el-rancho.html
https://www.haitilibre.com/article-10832-haiti-politique-l-accord-d-el-rancho-une-crise-dans-la-crise.html

HL/ TB/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Saintexat
Posté le 29/04/2014 13:58:58
Rezo, Man: Vous avez bien touche la plaie du doigt. Vos analyses n'ont pas manque d'atteindre leurs cibles. Apres les elections, alors, on devra necessairement se pencher sur une reforme constitutionnelle. Le probleme de notre constitution, apparemment, c'est en guise de nous donner des moyens pour résoudre nos conflits politiques, elle sert effectivement de source pour les alimenter.
Saintexat
Posté le 29/04/2014 13:28:42
Des deux maux il faudra choisir le moindre. L'amour de la patrie, la sagesse aussi bien que la prudence politique abonderont toujours dans le sens de la formation d'un Conseil Electoral Provisoire pour l'organisation des prochaines joutes electorales. Seulement si cela suffira pour terminer le bras de fer existant entre les protagonistes. Alors, quand le climat politique s'apaisera, on aura toujours le temps pour mettre sur pied un Conseil Electoral Premanent. Pour le moment, en vue de franchir le cap des elections, un Conseil Electoral Provisoire credible n'est pas, en toute logique, une demande injustifiee. D'ailleurs, ce que nous cherchons dans le pays c'est l'harmonie et la paix sociales, conditions necessaires a la creation des richesses et a l'avancement de la cause nationale. Mettons-nous alors au travail pour résoudre collectivement ce problème a caractère national.
Rezo
Posté le 29/04/2014 11:38:14
M. Desras et ces 6 collègues ne sont plus crédibles: c'est tantôt le problème des conseillers des comptes,tantôt la composition du CTCEP, tantôt c'est la non-parution de certaines lois, cette semaine c'est l'invention de la démission de Lamothe... Franchement, même le citoyen le plus naïf s'il suit ce qui se passe comprendra. A écouter ces gens, on comprend bien que l'abrutissement et la paupérisation du peuple haitien ont été bien planifié : dans un pays sérieux où le peuple est bien instruit, sur quelle base ces gens pourraient revenir devant des électeurs? Le grand problème, disons-le aussi, ce n'est pas seulement ces arrivistes, mais aussi la Constitution qui, établie par une élite voulant garder son pré carré, n'a prévu aucun mécanisme pour éviter que les 3 pouvoirs puisssent nuire à outrance au fonctionnement du pays. Dans toute grande démocratie des institutions ou dispositions (Cour suprême, USA; Conseil d'Etat, Conseil constitutionnel, en France) équilibrent les pouvoirs de telle sorte que si l'Exécutif, le judiciare ou le parlement ou même l'opposition veut bloquer la marche des institutions du pays a un moment, leurs droits ou prérogatives s'arrêtent. C'est le cas des USA ou le Président a le droit de véto. En France, si l'opposition veut par tous les moyens bloquer une loi, le gouvernement peut passer outre. Je pense que le Parlement a trop de pouvoir (de nuisance) quand la marge de manoeuvre de l'Exécutif elle est réduite. Une nouvelle Constitution s'impose.
Man
Posté le 29/04/2014 10:32:49
Il était temps que le gouvernement dénonce le comportement dilatoire de monsieur « Des-rats » et ses six collègues. C'est incroyable qu'un groupe de 6 personnes veut que tout un pays bascule dans l'anarchie et le désordre, juste parce que ces individus ont peur de perdre leur poste, et, concernant Des-rats, parce qu'il sait que c'est lui qui pourra remplacer président Martelly s'ils arrivaient à leur plan funeste : le faire partir avant l'heure. Je pense aussi que les médias doivent se mêler de cette situation et dénoncer le doubles langages de Desras. Qu'on aime Martelly ou Des-rats, on comprend qu'on a pas droit à l'erreur, ni de retourner aux pratiques anciennes. Il faut arrêter de chercher un mot mal placé ou un comportement excessif d'un ministre ou du Président pour montrer son éloquence journalistique et étaler comme un graal devenu intouchable les années passées dans les médias et sa popularité. La situation qui prévaut actuellement est suffisante pour que les médias montrent leur grande expérience dans la défense de la démocratie : arrêter de jeter l'huile sur le feu, mais appeler toutes les parties à leur responsabilité.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n