iciHaïti - PNH : La France aux côtés de la PNH

iciHaïti - Sécurité : Taïwan va donner des dizaines de véhicules blindés à la PNH

iciHaïti - Football : CHFP, 4ème journée, série de Fermeture (horaires des matchs)

iciHaïti - Nord-Est : L’ONA accueille une vingtaine de Maires assurés volontaires

iciHaïti - RD : Plus de 2.2 tonnes d’ail de contrebande en provenance d’Haïti saisies sur un bateau


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - RD : Les Fédérations des Maires haïtiens et dominicains signent un accord de coopération

Haïti - Formation : Master en Géosciences, accord important entre le PNUD et l’UEH

Haïti - AVIS : Appel d’offre pour la construction de 3 micro-réseaux de distribution d'électricité

Haïti - Religion : Le Pape François fait un don en faveur d’Haïti


+ de nouvelles



Haïti - FLASH : 5e jour de manifs, violences, pillages, vandalisme, la colère populaire grandit
12/02/2019 07:41:48

Haïti - FLASH : 5e jour de manifs, violences, pillages, vandalisme, la colère populaire grandit
Lundi 5e jour de manifestations anti-gouvernementale, le pays était en proie à de multiple tensions. À Port-au-Prince, des manifestants en grand nombre ont gagné les rues avec leurs lots de revendications habituelles, notamment la démission du Chef de l’État et de son Gouvernement, alors qu’au Palais-national, le Gouvernement restait silencieux face aux revendications et au déchainement de la colère populaire

La circulation était toujours bloquée dans plusieurs quartiers de la capitale par des barricades de pneus enflammés. La situation était également « chaude » entre autres aux Cayes, au Gonaïves, à Jérémie, à Plaisance et à Mirebalais, Saint-Marc, Hinche, au Cap-Haïtien, à Fort-Liberté où les activités économiques étaient paralysées comme à Port-au-Prince.

Des blocages de routes ont été signalés dans plusieurs villes de province où des manifestations se déroulaient, une majorité d'écoles, de commerces et d'administrations sont restés portes closes. La plupart des routes nationales étaient bloquées.

Venus de Cité Soleil et des quartiers populaires de l’aire métropolitaine, les manifestants en colère, dans un ambiance enfumée par le brûlage de pneus, ont jeté des pierres sur les entreprises sur leur passage. Ils ont vandalisé et incendié des voitures et brisés des vitrines de magasins. De nombreuses scènes de pillages ont été rapportées entre-autres à Delmas, Route de l’Aéroport, Grande rue et à Pétion ville, avant que la police ne parviennent à disperser des manifestants très agressifs...

À Delmas 77, le mini market d’une pompe à essence a été pillé, à Delmas 83 d’autres pillages ont été rapportés, la police est arrivée trop tard, il ne restait déjà plus rien à son arrivée…

La Police Nationale d’Haïti (PNH) et les unités spéciales dont entre autres des agents du Corps d’Intervention et de Maintien d’Ordre (CIMO), sont intervenues de nombreuses fois et sur plusieurs fronts, pour disperser les manifestants, majoritairement des jeunes issus des quartiers les plus pauvres, mais aussi pour donner la chasse à des casseurs et des pilleurs, en faisant un large usage de grenades lacrymogènes.

À Delmas 103, proche de Pétion ville, les manifestants ont affronté des agents du CIMO, avant d’être temporairement dispersés à coups de gaz lacrymogène.

Des tirs sporadiques ont été entendus à Pétion-Ville mais aussi dans plusieurs quartiers de Port-au-Prince semant la panique dans la population…

Une foule de manifestants venant de Carrefour a été dispersée par la police au niveau de la rue des Casernes.

Des individus ont attaqué la Banque Nationale de Crédit (BNC) situé entre Delmas 52 et 54 avec l’intention de la piller. Toutes les vitrines de la succursale de la BNC ont été brisées, La police a fait une intervention musclée et arrêté à l’intérieur de la banque 5 individus venant de Cité Soleil. Une jeune policière a été atteinte d’une balle au bras au moment où les individus tentaient de piller la Banque, elle a été transportée d’urgence à l’hôpital.

Notez que depuis 2 jours, plus aucun bilan officiel des victimes humaines (blessés ou morts) de ces manifestations n'est communiqué.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-26906-haiti-flash-la-communaute-internationale-se-positionne-sur-la-crise-en-haiti.html
https://www.haitilibre.com/article-26899-haiti-flash-banques-attaquees-station-d-essence-incendiee-l-opposition-se-radicalise.html
https://www.haitilibre.com/article-26891-haiti-flash-3e-jour-de-manifestation-et-de-violence.html
https://www.haitilibre.com/article-26885-haiti-flash-2e-jour-de-manifestations-violentes-au-moins-3-morts-et-de-nombreux-blesses.html
https://www.haitilibre.com/article-26875-haiti-flash-importants-degats-au-moins-4-morts-et-21-blesses-lors-des-manifestations.html
https://www.haitilibre.com/article-26881-haiti-manifestations-message-du-directeur-general-de-la-pnh.html
https://www.haitilibre.com/article-26877-haiti-politique-l-opposition-radicale-inspiree-par-l-exemple-venezuelien.html

SL/ TB/ PI/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


agrippa
Posté le 12/02/2019 11:47:45
Quand on n'est pas satisfait de la façon dont un Président gouverne un pays, la façon de faire voir sa désapprobation est de manifester, c'est un droit. Mais en Haïti, si on suit la logique des manifestants, c'est en pillant, incendiant, tuant des innocents et vandalisant tout sur leur passage qu'ils vont enrayer la faim dans le pays. Par contre, le Président, en gardant le silence ne fait que les encourager à continuer leur sinistre besogne. Pourquoi il ne met pas "g n b" et faire cesser ces violences en faisant directement face aux commanditaires de ces violentes manifestations car il les connaît certainement. A-t-il peur d'eux? Il est temps que ça cesse.
Eagleview
Posté le 12/02/2019 08:01:20
President Jovenel, vous devez contrôler la situation dans le pays. Pendant combien de temps allez-vous garder le silence et permettre aux saccageurs de paralyser le pays ? Les organisateurs de ces manifestations doivent payer pour les dégâts dans le pays. Ils ont le droit de manifester en Paix mais pas dans le désordre. Des manifestations qui bloquent un pays économiquement et socialement sont illégales. Ceux qui manifestent n'ont de vision pour le pays et le peuple.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n